La référence des professionnels
des communications et du design

La portée du multiplateforme demeure limitée

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Bien que les campagnes dans les médias non traditionnels suscitent beaucoup l'intérêt des professionnels du marketing, dans les faits, peu de Québécois utilisent plusieurs nouveaux médias.

C'est l'un des faits saillants d'une étude menée par Ad hoc recherche pour Infopresse, sur l'emploi des nouvelles technologies, dont le podcasting ainsi que l'écoute de la télé en direct sur son ordinateur ou en différé sur son cellulaire. La firme a consulté 504 adultes à ce sujet, en juin dernier.

D'abord, l'enquête démontre que, plus que l'âge ou l'éducation, le revenu constitue le facteur le plus déterminant en matière d'accès aux différentes technologies de diffusion (voir le tableau). Par exemple, 46% des 18-34 ans ont un accès à Internet à domicile et possèdent un cellulaire, contre 63% chez ceux disposant d'un revenu supérieur à 80 000$ par année et 36% dans la population en général.

Ad hoc a aussi sondé les gens sur leur utilisation et leur appréciation des différentes technologies de diffusion. Dans plusieurs cas, une faible portion de la population avait effectivement essayé la nouvelle technologie. Pour ces personnes, la satisfaction à l'égard de chaque technologie était généralement très élevée. Fait surprenant toutefois, malgré un fort taux d'appréciation, l'intention de réutiliser la technologie en question était souvent faible.

Par exemple, dans le cas d'un contenu spécifique à une émission à télécharger sur un téléphone cellulaire, le taux de satisfaction se situait à 91%. Par contre, l'intention de réutiliser cette technologie dans les 12 prochains mois était de seulement 12%.

"Les nouvelles technologies sont souvent considérées comme agréables à avoir, mais elles ne sont pas vues comme essentielles, dit Michel Berne, associé d'Ad hoc. Par exemple, la télévision est encore considérée comme le meilleur support pour regarder des émissions, car seuls 34% des participants ayant testé l'écoute d'émissions en différé comptent recourir à cette technologie dans l'année qui vient."

Cette étude était présentée en exclusivité lors de la Journée-conférences Infopresse sur les médias. Pour consulter le programme complet des Journées-conférences, cliquez ici.

comments powered by Disqus