La référence des professionnels
des communications et du design

Grande Bretagne: Avon, l'Oréal et Clarins rappelées à l'ordre

Trois grandes marques épinglées pour des arguments tronqués, ça fait désordre dans le milieu de la cosmétique...

Après les Français l'Oréal et Clarins, Avon le géant américain est devenu la troisième multinationale critiquée outre Manche pour avoir induit en erreur le consommateur.

Une publicité sur le nouveau mascara d'Avon a en effet été mise à l'index par  l' Advertising Standard Authorithy (l'équivalent de notre BVP) et retirée du circuit pour «exagération et tromperie» sur les performances du produit. L'ASA reproche à la marque d'avoir ajouté des faux cils au mannequin pour vanter un rallongement de 65 % des cils grâce au nouveau mascara. Cet avertissement n'est pas un cas isolé puisqu'au mois de juillet, l'organisme avait épinglé l'Oréal pour le même problème. Les reproches font suite à une campagne TV et presse axée sur le même produit avec en porte drapeau Pénélope Cruz.

Dans un registre différent Clarins a également mérité un retrait de la campagne pour avoir, selon l' ASA, joué sur la peur pour vendre un spray anti rides. Le slogan de Clarins incriminé: «si une onde électromagnétique peut pénétrer un mur, imaginez ce qu'elle peut faire sur votre peau». Pour seul argument de défense, Avon rétorque que ces procédés sont monnaie courante dans l'industrie de la cosmétique. La défense des maquilleurs français n'est pas plus convaincante. L'Oréal argue que beaucoup de femmes portent des faux cils, quant à Clarins, elle met sur un piédestal son produit miracle. 

Ce n'est pas la première fois que des marques reconnues mondialement pour des produits de qualité en rajoutent un peu sur leurs bénéfices produits. Mais quand trois leaders qui se font réprimander en même temps, la leçon est à méditer...

comments powered by Disqus