La référence des professionnels
des communications et du design

Amp'd Mobile Canada: aux abonnés absents?

Les contacts et les appels laissés ici et là laissent croire qu'Amp'd Mobile Canada, filiale canadienne d'Amp'd Mobile US, répond aux abonnés absents.

Retour sur les événements. En mars dernier, Amp'd Mobile US lançait en grande pompe sa filiale canadienne. Peu après, le 7 juin, l'entreprise-mère américaine sonnait l'alarme en se mettant sous la protection de la loi sur les faillites. Depuis le 31 juillet, Amp'd Mobile US a cessé officiellement ses activités. Cela a mis un terme au bref passage du MVNO [Mobile Virtual Network Operators; soit un opérateur mobile qui ne possède pas le réseau qu'il utilise] dans le paysage canadien.

Pourtant, tout semblait sourire au projet Amp'd Mobile à ses débuts. L'opérateur virtuel avait récolté des fonds records (apparemment parmi les 10 plus grosses opérations de fonds américains en 2006), d'un total de 360 millions$US. Amp'd Mobile avait aussi convaincu des partenaires de taille internationale: Vivendi était le principal actionnaire, avec 18% du capital. Le positionnement d'Amp'd Mobile misait sur le contenu mobile et ciblait les 35 ans et moins. Au premier rapport d'activité, le revenu moyen mensuel par abonné (ARPU) d'Amp'd Mobile US atteignait 100$US dont 30$US provenant des services de données. En moyenne, un opérateur américain génère un ARPU de 53$US dont 5,6$US des "forfaits données". Le pari semblait payant.

Mais alors que le marché américain des opérateurs mobiles engrangeait 16,3 millions de nouveaux abonnés mobiles pendant cette année d'exercice, Amp'd Mobile US avait seulement conquis 100 000 utilisateurs. En comparaison, la chaîne de télévision musique et cinéma M6, qui a lancé en 2005 son offre mobile auprès des 12-25 ans soutenu par le réseau Orange, vient de passer le cap du million d'abonnés en deux ans, atteignant son objectif avec une année d'avance (moyenne d'âge: 21 ans, 68% sont des étudiants).

Comment expliquer ce succès? M6 Mobile a pour l'instant laissé la propriété de la base de données à Orange, mais dispose d'une option afin de devenir MVNO, limitant certainement les frais d'opération. Et surtout, M6 dispose de l'arsenal média pour promouvoir son offre et conquérir les utilisateurs. Sans parler du contenu (télé, radio, cinéma, musique, etc.) pour livrer les promesses et se différencier.

De notre côté de l'Atlantique, Amp'd Mobile US a investi des dépenses publicitaires importantes et affichait 100 millions$ de dettes, dont un tiers auprès de son opérateur réseau Verizon Wireless, 16 millions$ auprès de Motorola et 10 millions$ pour Vivendi. Beaucoup trop pour 100 000 utilisateurs.

Au Canada, que fera Telus, qui a déjà investi plus de 7 millions$ dans Amp'd Mobile Canada? L'opérateur canadien, qui soutenait le MVNO tant pour le réseau que pour la gestion des abonnés, reprendra-t-il l'offre de service et le contenu d'Amp'd Mobile à son compte?

comments powered by Disqus