La référence des professionnels
des communications et du design

Les nouveaux médias en hausse

L'industrie des médias électroniques poursuit son expansion, et les nouveaux médias occupent une place croissante dans la vie des Canadiens.

C'est ce que révèle le huitième rapport annuel de surveillance de la politique sur la radiodiffusion, publié hier par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

L'étude semble confirmer une fois de plus que l'éclatement des nouvelles plateformes entraîne une baisse de l'achalandage des médias traditionnels.

Par exemple, comparativement à 1223 stations en 2005, les Canadiens ont eu accès à 1252 services radiophoniques en 2006, soit 929 services de langue anglaise, 286 de langue française et 37 en langues tierces.

Malgré cela, ils ont écouté la radio en moyenne pendant 18,6 heures par semaine en 2006, soit un peu moins qu'en 2005, alors que l'écoute se situait à 19,1 heures. Les stations commerciales privées ont récolté un peu plus de 80% de l'écoute radiophonique totale, la radio publique 11,6%, celle par satellite 1% et Internet 0,3%.

Les revenus des stations privées sont tout de même en hausse. Ils ont totalisé 1,4 milliard$ en 2006, une appréciation de 5,7% ou 75,9 millions$ par rapport à l'année précédente.

Une baisse similaire de l'écoute est observée en télévision. En 2006, les Canadiens l'ont écoutée en moyenne durant 27,6 heures par semaine, soit un peu moins que les 28,1 heures en 2005.

Ici également les revenus sont en hausse. La télévision conventionnelle a encaissé 2,6 milliards$ en 2006, en hausse par rapport aux 2,5 milliards$ de 2005. Les revenus des services de télévision spécialisée, payante et à la carte ainsi que ceux de vidéo sur demande, pour leur part, ont totalisé 2,5 milliards$ en 2006, comparativement à 2,2 milliards$ en 2005. Quant aux services de télévision numérique, leurs revenus ne représentent encore que 5% des gains du secteur de la télé, soit 248 millions$.

Les Canadiens disposent de 662 services de télévision, soit 445 services de langue anglaise, 104 de langue française et 113 en langues tierces. Les services de télévision canadiens ont récolté 78,7% de l'écoute totale en 2006.

Les télédiffuseurs privés conventionnels ont dépensé 623,7 millions$ pour les émissions canadiennes en 2006, soit un peu plus que les 587 millions$ en 2005, et les dépenses des services de télévision payante et spécialisée ont atteint 890,5 millions$ en 2006, comparativement aux 724,7 millions$ en 2005.

Toutefois, les nouveaux médias et la diffusion non conventionnelle suscitent le plus d'engouement chez les consommateurs.

En 2006, 7,4 millions de Canadiens étaient abonnés au câble, comparativement à 6,8 millions en 2005, et 2,6 millions de Canadiens étaient abonnés aux systèmes par satellite de radiodiffusion directe (SRD) et de distribution multipoint (SDM), tandis que le nombre d'abonnés totalisait 2,5 millions en 2005.

De 2005 à 2006, les abonnements aux services numériques ont augmenté de 10%, soit de 5,3 à 5,8 millions d'abonnés.

Également, 70% des ménages canadiens étaient abonnés à Internet en 2006, soit 6% de plus qu'en 2005. Le pourcentage de ménages canadiens abonnés à Internet haute vitesse a également augmenté, passant de 51% en 2005 à 60% en 2006.

La radio sur Internet a été utilisée par 22% des Canadiens l'année dernière et 6% y ont regardé la télévision.

En 2006, 58% des Canadiens ont utilisé le téléphone cellulaire pour accéder à Internet, 14%, un lecteur MP3, 9%, la Webcam, 7%, l'iPod, 5%, l'assistant numérique (PDA) et, enfin, 4%, le BlackBerry.

La publicité sur Internet a totalisé 1 milliard$ en 2006, soit près du double qu'en 2005, alors que la publicité s'était chiffrée à 562 millions$.

Les revenus de l'industrie canadienne de la distribution de radiodiffusion ont atteint 7,7 milliards$ en 2006.

comments powered by Disqus