La référence des professionnels
des communications et du design

Ottawa accueille l'animation

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Un total de 94 courts-métrages, 3 longs-métrages (dont le film "Persépolis") et 32 films d'autopromotion figurent cette année au programme du Festival international d'animation d'Ottawa.

Parmi les films sélectionnés, on retrouve des réalisateurs canadiens et américains, mais aussi français, serbes, israéliens, norvégiens, coréens, japonais et australiens.

L'ouverture du festival se fera avec le film français "Persépolis", basé sur le roman graphique de Marjane Satrapi. Dans cette oeuvre en noir et blanc très graphique, l'auteure évoque son enfance en Iran pendant la révolution, à la fin des années 70. Le film, controversé à sa sortie et depuis retiré de la programmation de plusieurs festivals, a notamment remporté le prix du jury au dernier Festival de Cannes.

Dans un tout autre domaine, le Norvégien Christopher Nielsen risque de susciter lui aussi la controverse. Il présentera "Free Jimmy", un film d'animation absolument pas pour les enfants qui raconte les errances et les déboires de Jimmy, un éléphant accro à la drogue.

Plusieurs réalisations québécoises seront également à l'affiche du festival, dont "Isabelle au bois dormant" de Claude Cloutier et "Cauchemar à l'école" de Catherine Arcand.

En marge des projections, plusieurs rétrospectives seront organisées. À noter: "10 raisons d'aimer l'animation", une carte blanche donnée à Hélène Tanguay, grande figure de l'ONF, qu'elle quittait en mai dernier pour prendre sa retraite.

De nombreux ateliers, forums et cycles de conférences complètent cette riche programmation.

Du 19 au 23 septembre.

comments powered by Disqus