La référence des professionnels
des communications et du design

Les Têtes à Claques, l'humour québécois décalé débarque en France

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Si vous n'avez jamais entendu parler du phénomène Têtes à Claques, courez sur leur site pour découvrir ces vidéos d'animations qui font fureur outre Atlantique.

Avec un humour décalé un brin irrévérencieux, le ton des personnages en a fait un succès nord-américain courtisé par de nombreux annonceurs. Le géant canadien des télécommunications Bell a d'ailleurs utilisé les Têtes à Claques dans ses derniers supports de communication, alors que les sucettes Vertigo, aux Etat-Unis, ont fait des personnages les mascottes de leur dernière offensive publicitaire.

Québécois d'origine, son fondateur, Michel Beaudet, un ancien publicitaire, était au Festival International de la Publicité de Cannes la semaine passée. Entre deux rendez-vous de travail, il nous parle de ses projets sur le marché français avec les opérateurs de téléphonie mobile SFR, Orange et Bouygues Télécom.

Que venez-vous faire à Cannes cette année?

En fait, c'est un accident! Je suis avant tout venu voir mes amis, parce que j'étais un peu sorti du monde publicitaire depuis quelques temps. J'ai pris le temps de rencontrer les gens de Duval Guillaume, avec qui j'ai fait la campagne Vertigo (lien vers article IP), qui était d'ailleurs en compétition au Festival. Je reviens enfin d'une semaine à Paris, pour finaliser la phase deux des Têtes à Claques en France. Il est très étonnant de voir que même si les Têtes à Claques sont très «québécoises», elles deviennent très populaires en France. J'ai rencontré beaucoup de médias français, curieux d'en savoir plus sur nous. Et puis surtout, nous avons rencontré nos futurs partenaires d'affaires français. En effet, nous allons lancer une diffusion de nos vidéos sur téléphone cellulaire d'ici peu, en essayant de répéter le même modèle que nous avons mis en place au Québec. Nous avons à cet effet rencontré les trois plus gros opérateurs de téléphonie mobile : Orange, SFR et Bouygues Télécoms. Ils nous connaissaient déjà largement et tous veulent notre contenu! Nous avons donc commencé le processus de négociation.

Le support mobile est-il le seul envisagé pour le moment? Qu'en est-il des autres médias?

Nous souhaitons nous concentrer vraiment sur le Web et la téléphonie mobile. Il n'est, pour le moment, pas question de télévision, même si nous avons été approchés par la chaîne française Canal+, et au Canada, par plusieurs gros réseaux. Nous avons envie de nous amuser sur le Web, que nous considérons comme un laboratoire, où nous savons ce que les gens aiment. En France, nous voulons pousser encore plus loin l'expérience sur la mobilité.

Les personnages des Têtes à Claques français seront-ils les mêmes qu'au Québec?

C'est intéressant parce que nous nous sommes posé exactement la même question ! Etant donné que nous avons pas loin de 800 000 visiteurs uniques en France, nous nous sommes d'abord dit que cela valait  peut-être la peine de faire un site miroir, plus francisé. Tout le monde nous a dit de ne surtout pas y toucher! Ce qu'ils aiment, c'est justement notre accent québécois! Nous allons peut-être faire quelques capsules qui sont plus typiques pour la France, avec des personnages un peu différents, mais je ne pense pas que nous allons créer un site spécifique.

Où en sont vos projets du côté des Etats-Unis?

Nous avons terminé la phase un de la campagne Vertigo. Il va peut-être y avoir une suite, mais cela reste à la discrétion du client, et cela dépendra des résultats de la campagne. Jusqu'à présent cela va très bien. Notre intention est d'ailleurs de créer un site en anglais, mais malheureusement nous sommes tellement pris par nos autres projets que la mise en place est un peu repoussée, mais nous voulons lancer le site anglophone le plus rapidement possible.

comments powered by Disqus