La référence des professionnels
des communications et du design

Montréal vend ses premiers crédits de carbone

S'inspirant des mécanismes compensatoires prévus par Kyoto, la Ville de Montréal a vendu ses premiers crédits de carbone à Gaz Métro. La Ville lui a en effet vendu 2000 tonnes de crédits de gaz à effet de serre (GES), pour un montant de 14000$. La Ville avait "généré" ces crédits en améliorant sa station d'épuration des eaux usées : la modification des brûleurs de son incinérateur à boue a permis de réduire la consommation de gaz naturel d'environ un million de mètres cubes par an.

Le Canada n'ayant pas encore de cadre législatif, ni de marché d'échange, la Ville et Gaz Métro ont fait appel à l'entreprise YHC Environnement et à l'Union des municipalités du Québec pour leur servir de médiateurs. Puis, la Ville a fait reconnaître ses réductions de gaz à effet de serre par l'Association canadienne de normalisation (ACNOR).

Par cette initiative, la Ville souhaite se positionner comme "un joueur institutionnel important dans le cadre d'un éventuelle bourse du carbone, a indiqué Alan DeSousa, responsable du développement durable à la Ville. Nous utilisons les fruits des efforts déployés par le passé pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre afin de financer nos actions futures en ce sens." La Ville a en effet indiqué que le montant de la transaction sera entièrement réaffecté à des projets visant à réduire les émissions de GES.

Rappelons d'ailleurs que la Ville s'est engagée, en 2005, à réduire ses émissions corporatives de GES de 20% entre 2002 et 2012.

De son côté, Gaz Métro indique que l'achat de ces crédits s'inscrit dans sa démarche de réduction volontaire, tout en envoyant "un signal fort en faveur de la mise en place d'un marché de carbone".

comments powered by Disqus