La référence des professionnels
des communications et du design

Trois questions à Daniel Charron

Maintenant vice-président et directeur de création, Québec, de Saatchi & Saatchi CanadaDaniel Charron, fondateur et ancien directeur de création de l'agence Republik, répond aux questions d'Infopresse.

Pourquoi avoir accepté l'offre de Saatchi & Saatchi?

C'est une agence reconnue qui gère le compte de plusieurs grands annonceurs. J'ai surtout appris à connaître sa philosophie en lisant le livre "Lovemarks" de Kevin Roberts. Elle me plaît d'ailleurs beaucoup. J'ai rencontré Brett Channer [président-directeur général et directeur de création exécutif de Saatchi & Saatchi Canada] et il y a eu une très bonne chimie entre nous. Il m'a fait une offre que je ne pouvais refuser. C'est un très beau défi pour moi.

Saatchi & Saatchi a déjà un bureau à Montréal. Pourquoi ne pas vous être ajouté à l'équipe en place?

Le bureau de Montréal doit fermer prochainement. L'agence va maintenant tout produire à partir de ses bureaux de Toronto. C'est préférable, car je ne voulais pas embarquer dans le concept habituel où tout est fait à Toronto. Je voulais être engagé dès le départ, par exemple, dans les rencontres avec les annonceurs. Pour le moment, je dois bâtir mon équipe. À savoir si elle sera composée de pigistes ou si elle sera une équipe à temps plein, je ne sais pas encore, mais cela devrait être une équipe québécoise.

Travailler à concevoir des campagnes pour le Québec a-t-il motivé votre décision?

J'aurais accepté même si j'avais eu à travailler pour des campagnes au Canada anglais. Au Québec, tout tourne autour des mêmes annonceurs. J'avais besoin d'un changement de paysage, d'une occasion de rencontrer d'autres personnes, de nouveaux annonceurs, avec une mentalité différente. Ça fait d'ailleurs longtemps que j'y pensais. Quand j'ai vu Martin Beauvais faire le saut à Toronto, l'an dernier, j'ai trouvé l'idée intéressante. L'arrivée de David Yost chez Marketel l'est aussi, car elle apporte du sang nouveau dont l'industrie a besoin. Ça permet de sortir de l'éternel jeu de la chaise musicale entre les 10 principaux directeurs de création.

comments powered by Disqus