La référence des professionnels
des communications et du design

Un trophée nomade pour Les Arts et la Ville

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Pour récompenser les lauréats de leur nouveau Prix culture et développement, Les Arts et la Ville ont choisi un trophée créé par Emmanuel Galland, Formaverre et Kezako, une oeuvre intitulée Chevalet-Domestique.

Un appel de concours avait été lancé au début de l'année pour la réalisation de cette oeuvre-trophée attribuée pour un an aux municipalités lauréates. Par la suite, les municipalités garderont une plaque souvenir et seront invitées à transmettre l'oeuvre au prochain vainqueur. Chevalet-Domestique est donc une oeuvre nomade qui, au fil des ans, circulera de lauréat en lauréat. Lancé cette année pour souligner les 20 ans du réseau, le Prix culture et développement récompense des municipalités pour une réalisation culturelle qui se distingue par son apport au développement de la collectivité. Les trois premières lauréates sont Warwick, Rouyn-Noranda et Saguenay.

Le trophée se présente sous la forme d'un microchevalet. Ses trois faces forment la lettre "A", pour art et architecture, mais aussi pour archéologie, archétype, amateur d'art, accrochage, audience, assistance, etc. La forme générale en pointe vers le ciel agit, elle, comme une force dynamique positive. Chevalet-Domestique renvoie également, comme un clin d'oeil, au nom de l'organisation. Le chevalet a en effet initialement offert aux peintres une certaine mobilité et fait écho aux déplacements intrinsèques du trophée. La structure du chevalet évoque aussi bien un musicien (instrument, métronome, pupitre) qu'un photographe (trépied) ou le monde du livre (lutrin). En véritable multi-instrumentiste, il apparaît foncièrement interdisciplinaire.

comments powered by Disqus