La référence des professionnels
des communications et du design

Carnet de voyage

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Tous les ans pendant une semaine, Milan vit, respire, boit et mange au nom du design; des dizaines de milliers de professionnels, journalistes et amateurs du sujet y affluent.

Les moins prévoyants (ou les novices) se battent pour les quelques chambres d'hôtels encore disponibles et vendues à des prix exorbitants. Tout ce beau monde envahit les salles d'exposition, court les cocktails et se retrouve après de longues journées de marches harassantes dans les restaurants et bars de la ville.

Le salon du meuble de Milan se vit autour de deux pôles: le salon officiel organisé par Cosmit à Rho, dans la proche banlieue de la ville (on s'y rend en métro) ainsi que les activités et expositions "off", situées un peu partout dans la ville, mais particulièrement dans la Zona Tortona, un ancien quartier industriel en pleine rénovation.

Le salon de Rho, qu'on appelle Fiera, est un complexe immense et tout neuf, inauguré l'année dernière. Il est l'oeuvre de l'architecte Massimiliano Fuksas. Il consiste en une très longue allée centrale qui sert la quinzaine de pavillons d'exposition. On y trouve littéralement des kilomètres de meubles, d'accessoires et de lampes dans tous les styles possibles et imaginables. Avec un peu d'expérience, on repère vite les "bons" numéros, ceux qui nous intéressent si l'on aime le design contemporain. Aux 10 et 12, se trouve le gratin des grandes marques: VitraCassina, Kartell, Moroso, Cappellini, etc., qui s'installent sur des surfaces immenses et y mettent en scène leur nouveautés. On y croise forcément des têtes connues du milieu, architectes et designers faisant leur promo auprès des journalistes ou juste curieux de flairer l'air du temps.

Si, dans la journée, le parcours bien que éreintant se passe plutôt bien, le soir, au moment de quitter le salon, c'est quasiment l'émeute à la station de métro pour rejoindre le centre-ville. Trop de monde, pas assez de place et, surtout, un système d'achat de ticket de transport qui peut virer au cauchemar. Cela n'empêche nullement les visiteurs d'enchaîner avec une virée de magasinage de fin d'après midi aux alentours de la célèbre Via Montenapoleone, juste avant de se rendre dans l'un des innombrables cocktails d'inauguration qui ont lieu chaque soir.

L'autre volet des activités milanaises de la semaine de design est la visite des multiples salles et lieux d'exposition disséminés dans la ville. L'idéal est de suivre un circuit logique qui réduit les déplacements inutiles. Passage obligé à la Triennale, qui présente une dizaine d'expositions, ou encore dans le quartier historique de Brera, avec ses petites galeries et salles. Mais souvent, les choix se font aussi au gré des rencontres et du bouche à oreille. Finalement, c'est en parcourant encore et encore des kilomètres de rues qu'on finit par voir non pas tout - c'est impossible -, mais une bonne partie de ce qui est présenté.

Par contre, il est indispensable de "faire" la Zona Tortona, devenue un salon en elle-même tellement on y trouve de marques, d'installations et d'expositions nichées dans tous les coins: boutiques, locaux désaffectés, entrepôts, sous-sol et cours extérieures.  Cet ancien quartier industriel est investi de toutes part par des regroupements de créateurs, des marques émergeantes ou déjà très connues, des installations commerciales ou artistiques. On y trouve de tout, du pire au meilleur, et c'est en y errant longuement que se font parfois d'agréables découvertes. Il y a quand même pour nous aider cette jungle de nombreux guides très bien conçus qui recensent toutes les expositions, avec plans de la ville à l'appui. Le meilleur et le plus ancien est celui d'Interni. D'ailleurs, la première chose à faire en arrivant à Milan est de se procurer un, voire deux exemplaires.

Ainsi, au bout de quelques jours (ou années), on finit par maîtriser les routines et parcours, épuisé, vaguement écoeuré par autant de belles choses parfois inutiles, mais vraiment heureux de faire partie de la fête.

comments powered by Disqus