La référence des professionnels
des communications et du design

Les "lock-outés" de Québec lancent un journal

La première une du journal

Depuis hier, Québec a son premier quotidien gratuit, MédiaMatin Québec, produit et distribué par les employés en lock-out du Journal de Québec.

Le nouveau journal, tiré à 40 000 exemplaires, est publié du lundi au vendredi et imprimé chez Les Presses du fleuve, une imprimerie de Montmagny. Tout le personnel en lock-out - journalistes, photographes, employés de bureau - est appelé à contribuer à la publication, comme les employés d'imprimerie, lesquels sont en grève. Hier, MédiaMatin Québec ne contenait pas de publicité. Toutefois, selon les responsables syndicaux, cela ne saurait tarder.

Le président du syndicat du Journal de Québec, Denis Bolduc, explique que MédiaMatin Québec représente un moyen de pression et que le souhait des salariés est d'abord de parvenir à une entente avec Quebecor.

Le Journal de Québec est quant à lui toujours produit à l'aide des cadres et grâce à l'achat d'articles d'agences de presse. Cependant, aucune aide au contenu ne viendra du Journal de Montréal, puisque le Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal a déposé un grief afin d'empêcher que les textes de ses journalistes paraissent dans Le Journal de Québec. Quant aux chroniqueurs externes, comme Richard Martineau et Lise Payette, ils devront prendre des décisions individuelles.

Dimanche dernier, Quebecor décrétait un lock-out à plus de 140 journalistes et employés de bureau du Journal de Québec. Plus tard dans la journée, par solidarité, les employés de l'imprimerie ont voté pour la grève générale. La convention collective des employés est échue depuis la fin de 2006, et l'offre de Quebecor a été rejetée en février 2007. L'entreprise souhaite faire passer la semaine de quatre jours à cinq. De plus, elle souhaite que les journalistes collaborent davantage au site Web. Selon Denis Bolduc, "Quebecor veut construire une autoroute à 10 voies entre ses différents médias".

Seul le syndicat des représentants publicitaires est parvenu à une entente avec Quebecor, à 54,5%.

comments powered by Disqus