La référence des professionnels
des communications et du design

La télévision en pleine révolution

Par quoi devront passer les futures stratégies médias utilisant la télévision? (42 s)
Quel est, à votres avis, le changement le plus important que vit la télévision présentement? (37 s)
Quelle est l'attitude a adopter? (1.03 min)

Télédiffuseurs et stratèges médias ont souligné, lors de la récente Journée-conférences Infopresse sur la télévision, l'urgence de changer ensemble les façons d'aborder, concevoir et négocier la publicité à la télé.

Pierre Delagrave, président de Cossette Média et auteur de "On efface tout et on recommence", a souligné à quel point les consommateurs veulent désormais contrôler les contenus plutôt que de se les faire imposer. Il a dévoilé les résultats d'une étude d'Impact Recherche sur la possession et l'utilisation des récepteurs vidéo personnels (PVR). Pour plus de détails, cliquez ici. On y apprenait entre autres que 13% des Québécois possèdent un PVR et que les plus faibles consommateurs de télé, qui ont les revenus les plus élevés, sont les plus susceptibles de visionner des émissions préenregistrées... souvent en sautant les pubs. Il a aussi abordé, en compagnie de Nick Barbuto, du bureau torontois de Cossette Média, l'évolution des habitudes chez les jeunes, qui migrent vers les ordinateurs et les plateformes mobiles.

Le conférencier international, François Seligmann, conseiller auprès du directeur général de l'entreprise de téléphonie mobile Orange, a pour sa part traité de la façon dont les principales innovations bouleversent la télévision, en faisant notamment basculer les rapports de force. Nicolas Drechou, président de Match Prod, a présenté les principes de base du programme court, une formule qu'il a développée en France et qu'il vient d'implanter ici avec "Bienvenue chez vous", présentée à TVA et commanditée par ReMax.  

Enfin Jacques Dorion, président de Carat Stratégem et auteur de "Publicités à la carte, pour un choix stratégique des médias publicitaires", offrant aussi son regard sur les bouleversements que vit la télé, a prôné le retour du qualitatif. "Certaines émissions, sans avoir les plus grosses cotes d'écoute, touchent un profil d'auditoire plus intéressant pour les annonceurs, a-t-il souligné. Les diffuseurs devraient demander davantage pour de telles émissions. Il faut valoriser les auditoires plus qualifiés." En entrevue vidéo, Jacques Dorion résume son point de vue sur le nouveau regard que diffuseurs, agences et annonceurs doivent adopter.

Lors des périodes de questions, Richard Portelance, directeur général du service commercial de Radio-Canada, qui avait présenté en début de journée certaines innovations européennes, a souligné que les diffuseurs avaient apporté leur lot de nouvelles formules et que les agences devraient aussi revoir leur façon d'évaluer les tarifs et de négocier. "Quand nous avons implanté les décomptes, cconçus pour retenir l'auditoire pendant les pubs juste avant les nouvelles, des annonceurs m'ont demandé des réductions sous prétexte que leur écran publicitaire était plus petit! Le moment est vraiment venu pour que les principaux acteurs de la télé québécoises se rencontrent pour des discussions et des remises en question."

comments powered by Disqus