La référence des professionnels
des communications et du design

Qui veut faire le portrait chinois des candidats?

A quel animal, acteur, chanteur, sportif, ou bien même voiture, les Français associent-ils les 4 «grands» candidats?

L'Observatoire de la Réputation*, dirigé par Jean-Pierre Piotet, s'est amusé à brosser le portrait chinois de ceux et celles qui briguent la magistrature suprême.

François Bayrou apparaît en compagnon sympathique, un koala. Tout le monde l'aime, comme Patrick Bruel, et aimerait partir en vacances avec lui... Mais petit bémol: il ressemble également à Poulidor, le cycliste préféré des Français et éternel numéro deux! Et s'il était une voiture, le Béarnais serait un modèle familial fiable, comme une Peugeot, plutôt Break, un modèle nostalgique comme la 2 CV ou encore malicieux telle une Twingo.

Ségolène Royal est associée à un animal de «bonne» compagnie. Un chat, rassurant ou inquiétant, imprévisible voire susceptible. Certains en revanche l'associent à une «fouine». Mais la Madone du Poitou a également une facette Chantal Goya ou Lorie pour les plus jeunes. Coté sportif, on y perçoit la fragilité d'Amélie Mauresmo ou de Marie-José Pérec, un peu revêche. L'aspect «famille nombreuse» de Ségo est clairement assimilée : on la voit en Monospace, une Renault de préférence.

Nicolas Sarkozy est malin, habile comme un renard, le Goupil de nos histoires enfantines... Mais attention, faut pas l'embêter car il mord aussi. Homme pressé, il aime piloter des voitures rapides (Porsche, BMW, Mercedes, mais également des Golf et des Smart, quitte à bousculer, comme Schumacher. Ses amitiés sont connues et appréciées: Hallyday, Clavier, Sardou. Il est bon encaisseur, comme Brahim Asloum.


Quant à Le Pen, nos compatriotes l'assimilent à un cochon, un doberman, un rotweiller, un 4 X 4, voire un Hummer ou encore un tank, et en sportif, à Materazzi avec un coté Tyson.
Alors qui l'emportera? Le koala, le chat, le renard ou le rotweiller? De toute façon les candidats peuvent bien s'en donner à coeur joie, deux électeurs sur trois s'avouent être «sans illusions» sur les présidentiables. Plutôt inquiétant pour une démocratie!


*Enquête réalisée sur un échantillon aléatoire de 300 personnes (moitié H/F) du 20 février au 20 mars 2007.

** Jean-Pierre Piotet est l'auteur de «Histoires de Réputation, Réflexions sur le mensonge des hommes publics», aux Editions ESKA.

comments powered by Disqus