La référence des professionnels
des communications et du design

Emanuel Hoss-Desmarais brûle les planches

Les messages télé "Planches" de Réno-Dépôt ont valu au réalisateur Emanuel Hoss-Desmarais l'un des huit trophées Grand Prix Artisan remis au dernier concours Créa.

Fils de réalisateur, Emanuel Hoss-Desmarais a su très tôt qu'il toucherait lui aussi aux images en mouvement. C'est donc tout naturellement qu'il a étudié le cinéma à l'Université de Montréal. À la fin des années 90, âgé d'une vingtaine d'années, il a obtenu sa première chance quand la maison de production Cinélande lui a confié le montage de nombreuses publicités. Parallèlement, il caressait le rêve de devenir acteur. Il s'est donc inscrit à des ateliers et a décroché quelques rôles secondaires dans des séries et des films. Ainsi, on l'a vu en gardien de zoo dans la superproduction américaine The Day After Tomorrow.

Puis, le réalisateur Serge Jacques lui a offert de le prendre sous son aile et de coréaliser avec lui. Peu de temps après, Emmanuel Hoss-Desmarais a tourné son premier message pour Via Rail, et Quatre Zéro Un, nouvelle boîte de production issue de Cinélande, l'a engagé à titre de réalisateur. Puis, en 2001, il a signé la campagne humoristique de Réno-Dépôt "Si ça existait, on l'aurait". "Ces publicités m'ont mis sur la carte", dit-il. Il a aussi réalisé la campagne "Bon vieux temps" de Bell, celle de Pepsi "Ici, on ne dit pas ici, on dit icitte", et un message pour S.O.S. Violence conjugale, finaliste à Cannes. Plus récemment, il a signé des publicités pour Napa Autopro, récompensées par trois prix d'or au dernier concours Marketing Awards, ainsi que pour Canac Marquis Grenier et Nescafé, primées aux concours Créa 2007.

Pour Emanuel Hoss-Desmarais, le trophée qu'il a gagné au concours Créa constitue un retour d'ascenseur, car il considère que Réno-Dépôt l'a mis au monde. "C'est aussi très ironique, signale-t-il, car ces publicités (conçues par Sid Lee) ont failli ne pas voir le jour." En effet, la pellicule qui contenait les images tournées en Thaïlande était endommagée. Afin de régler le problème, l'équipe a dû travailler de jour avec des maisons de postproduction asiatiques et de nuit avec des bureaux d'Amérique du Nord. Finalement, un spécialiste américain de la restauration d'images et des employés de Fake Studio à Montréal ont pu résoudre le problème... au grand soulagement de l'équipe. 

Ce tournage chaotique n'empêche en rien Emanuel Hoss-Desmarais d'espérer continuer de travailler avec Réno-Dépôt. "C'est un annonceur qui fait énormément confiance à l'agence et au réalisateur. On se retrouve donc dans une position de responsabilité et l'on peut s'engager à fond dans le projet". Pour lui, la publicité est d'ailleurs la science du détail et de la seconde. "Je suis de nature plutôt instinctive, et la pub me force à tout décortiquer, car je dois défendre mes décisions auprès des annonceurs". Il souhaite poursuivre dans cette discipline tout en développant des projets personnels. Il a, entre autres, sous le bras un concept de long-métrage dans lequel il aimerait tenir le rôle principal. Un film comique comme ses pubs? "Oui, mais qui fait réfléchir..."

Au cours des prochaines semaines, nous présenterons d'autres portraits des gagnants des trophées Grand Prix Artisan 2007.

comments powered by Disqus