La référence des professionnels
des communications et du design

NADbank publie ses chiffres

NADbank, la banque de données sur le lectorat des quotidiens, vient de dévoiler les résultats de son étude pancanadienne pour 2006.

Le document démontre que la lecture des quotidiens se maintient, bien que ses formes de consommation évoluent. En 2006, 16% des adultes ont consulté leurs nouvelles sur Internet chaque semaine. C'est une hausse de 6% depuis 2001, première année où NADbank a mesuré cette donnée.

Les quotidiens gratuits montréalais continuent aussi de gagner du terrain, avec 23% des adultes qui les consultent au moins une fois du lundi au vendredi, contre 17% en 2002. Ils sont 13% à lire un journal gratuit tous les jours de la semaine.

Au total, les quotidiens touchent 77% des adultes chaque semaine au pays, et plus de 50% chaque jour. Le marché canadien des quotidiens se chiffre à 11,8 millions de lecteurs pour l'ensemble de la semaine sur les 17 marchés majeurs.

À Montréal, seuls Le Journal de Montréal ainsi que les quotidiens gratuits Métro et 24 heures voient leur nombre de lecteurs augmenter sur une semaine complète. Les nouveaux lecteurs du Journal de Montréal semblent d'ailleurs provenir des communautés non francophones.

La Presse et The Gazette perdent des lecteurs sur sept jours, mais La Presse maintient son lectorat du week-end. Pour sa part, Le Devoir semble connaître une légère perte, mais NADbank souligne que l'échantillon sondé dans ce cas précis est trop restreint pour tirer des conclusions définitives. Les journaux nationaux Globe and Mail et National Post perdent aussi des lecteurs à Montréal.

Line Boutin, associée à la recherche chez NADbank, met toutefois un bémol sur les pertes enregistrées par les grands quotidiens. "Globalement, le lectorat se maintient à Montréal depuis 2002 [année de l'arrivée des journaux gratuits]. Les chiffres publiés ne prennent en compte que les versions imprimées, pas les visites sur les sites." Elle ajoute que l'étude devra être raffinée afin de mieux mesurer cette nouvelle réalité.

Pour consulter le communiqué complet de NADbank, cliquez ici.

comments powered by Disqus