La référence des professionnels
des communications et du design

La campagne électorale se poursuit sur Google...

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Ces derniers jours, il a été question de la stratégie Web du Parti libéral du Québec, conseillée par l'agence Palm Arnold, mais c'est désormais le Parti québécois qui a sa publicité AdWords avec le nom de Jean Charest. En achetant les noms de candidats du PQ et de l'ADQ, le PLQ s'assurait qu'en effectuant une recherche sur Google.ca sur l'un des candidats de ces formations, un hyperlien commercial transporte l'internaute sur la page d'accueil du PLQ en plus d'afficher une courte phrase critique à l'endroit dudit candidat. Depuis hier, en entrant le nom de Jean Charest, un lien vers le PQ apparaît. En grosses lettres bleues, on peut lire "Attention" et en dessous: "Négligé par Charest".

Julien Beaudry, responsable des nouveaux médias du PQ, indique que l'achat d'AdWords par sa formation se fait depuis décembre 2005 et que la tactique n'est pas la même que celle des libéraux. Il soutient que, selon le code d'éthique de Google, la publicité ne doit pas porter à confusion. Hors, c'est le cas lorsque le nom de Louise Harel, par exemple, devient un hyperlien commercial qui mène directement au site du PLQ. "C'est de l'usurpation, ce que nous ne faisons pas en revanche en inscrivant le terme "attention" et en y adjoignant "négligé par Charest", l'une des phrases récurantes de notre campagne".

Il ajoute que le PQ continuera d'utiliser la publicité sur Google, pour laquelle il ne bénéficie que d'un très petit budget, mais qu'il le fera "en toute transparence et en respectant le code d'éthique".

Par ailleurs, Isabelle Melançon, directrice des communications du PLQ, prétend qu'avant d'adopter cette stratégie, plusieurs vérifications ont été faites auprès de Google afin d'assurer la légalité de l'opération. "Nous n'aurions pu acheter le nom de marque enregistrée, mais aucune règle ne concerne les noms de personne", dit-elle.

comments powered by Disqus