La référence des professionnels
des communications et du design

Gander, l'aéroport oublié

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Vestige des années 50, l'aéroport Gander est une merveille pour les amateurs de design; aujourd'hui pratiquement désert, l'endroit situé sur l'île de Terre-Neuve a été au milieu du siècle dernier l'aéroport international le plus fréquenté au monde.

Situé sur la route entre New York et Londres, Gander a accueilli pendant un temps chaque personne voyageant par avion entre l'Amérique du Nord et l'Europe, les vols transatlantiques devant en effet y faire escale pour refaire le plein. En 1959, au plus fort de sa fréquentation, le gouvernement canadien a décidé d'y construire un terminal pour lequel il a investi plus de 3 millions$. Ce programme devait projeter une image moderne et élégante du Canada, et le terminal fut rempli d'oeuvres d'art et de pièces de mobilier d'avant-garde. Le bâtiment, construit par la firme d'architecte montréalaise Durnford, Bolton, Chadwick et Elwood, a été inauguré par la reine Élizabeth II.

Pourtant, dès 1960, l'avènement du kérosène a rendu les escales superflues et, en 1964, la plupart des passagers avaient disparu. Le sol du terminal, réalisé en terrazzo, n'est pas sans rappeler les motifs chers à Mondrian. Le mobilier, majoritairement réalisé par des créateurs canadiens des années 50, est aujourd'hui toujours disposé avec goût sur ce canevas géométrique.

On trouve encore par exemple des sièges Prismasteel de Robin Bush créés pour Herman Miller ou des chaises et canapés de cuir noir brillant conçues par Christen Sorensen et qui donnent l'impression d'avoir été dessinés pour un voyage dans l'espace. Sorensen, Canadien d'origine danoise qui a étudié avec Hans Wegner, avait entre autres présenté certaines de ses créations à la Triennale de Milan en 1957.

Le bureau de l'actuel président de l'aéroport est meublé de fauteuils en cuir orange créés par Jacques Guillon et qui occupaient jadis la suite VIP, qui a accueilli entre autres les Beatles, Churchill, Krouchtchev, Ingrid Bergman, Ronald Reagan, Marlene Dietrich et Mohammed Ali.

Et même si les célèbres Aluminium Group Chairs de Charles et Ray Eames, couvertes d'un tissu d'Alexander Girard, ont aujourd'hui disparu, les rares passagers peuvent toujours s'asseoir, dans les toilettes des dames, sur leurs chaises en fibre de verre.

Le charme suranné de cet aéroport désolé, mais tellement lumineux, est intact. C'est aujourd'hui une véritable capsule temporelle moderniste.

comments powered by Disqus