La référence des professionnels
des communications et du design

Citizen Lambert

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Phyllis Lambert comme on ne l'a jamais vue, c'est ce que montre "Citizen Lambert, Jeanne d'ARChitecture", réalisé par Teri Wehn-Damisch, qui marquera le coup d'envoi de la 25e édition du Festival international du film sur l'art.

Sur un mode tantôt ludique, tantôt touchant, la réalisatrice livre un portrait étonnant de ce personnage incontournable des arts et de l'architecture. Le jeu de l'abécédaire constitue le fil conducteur entre les séquences d'archives familiales, d'actualités d'époque et de tournage récent: A (architecture, art); I (impatience); P (Phyllis, photographie, passion); V (vision), etc.

Elle évoque son estime pour l'architecte Mies van der Rohe, son mentor; ses réserves à l'égard de Samuel Bronfman, père dominateur; sa révolte de voir, à son retour de Chicago, Montréal défigurée par un développement anarchique, pillée par des spéculateurs sans vision. La spécialiste monte aux barricades, alerte l'opinion publique, constitue des regroupements de locataires et de petits propriétaires, puis fonde Héritage Montréal, organisme voué à la défense du patrimoine architectural. "On ne peut pas construire l'avenir en détruisant le passé", affirme-t-elle.

Si elle n'a pas remporté toutes les victoires, elle a néanmoins évité plusieurs démolitions. Et elle voulait surtout que Montréal devienne un point de référence en matière d'architecture, pari tenu grâce au Centre canadien d'architecture, institution mondialement reconnue. À 80 ans, elle se consacre maintenant à l'écriture, un autre moyen d'exprimer sa passion pour "l'art, la valeur fondamentale de la vie".

Le film sera lancé le 8 mars, à 20 heures, au Musée des beaux-arts de Montréal.

comments powered by Disqus