La référence des professionnels
des communications et du design

Augmentation de l'écoute de la télé

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Malgré la popularité croissante d'Internet, l'écoute de la télévision est en hausse. Ainsi, les Canadiens ont consacré en moyenne 1,7 heure de plus par semaine à regarder des émissions de télé en 2005 qu'en 2003. Les données compilées par BBM montrent aussi que l'écoute des réseaux américains de télévision a diminué tant au Québec (-7,7%) qu'ailleurs au Canada (-8,2%).

Ensemble, ces deux facteurs ont apporté 93 millions d'heures d'écoute supplémentaires par semaine aux différents canadiens en 2005 par rapport à 2003 (+18%). Pour le Québec seulement, il s'agit de 38 millions d'heures additionnelles. Cela représente une croissance appréciable de 24% (graphique 1).

C'est sans doute ce qui a permis à la télévision de faire meilleure figure que les quotidiens auprès des annonceurs. Ceux-ci ont augmenté leurs dépenses de publicité à la télévision de 6,8% de 2003 à 2005, comparativement à une hausse de 5,1% dans les quotidiens (cette donnée ne tient pas compte des petites annonces).

Émissions canadiennes
Toutefois, ce n'est pas parce que les chaînes canadiennes sont plus regardées que les émissions canadiennes le sont nécessairement. Les chaînes canadiennes proposent nombre d'émissions américaines, particulièrement du côté anglophone, où elles abondent. D'ailleurs, le bilan qu'on peut tracer à cet égard est bien différent pour la télé francophone que pour l'anglophone.

Les graphiques 2 et 3 montrent en effet que, sur l'ensemble de la journée, la part des heures d'écoute bénéficiant aux émissions canadiennes est demeurée inchangée de 2003 à 2005 du côté francophone (66%), alors qu'elle a diminué de 1 point du côté anglophone (31% en 2005). Aux heures de grande écoute, la baisse est encore plus prononcée au Canada anglais (-3% depuis 2003) tandis que, au contraire, on note une hausse de 2% à la télévision de langue française.

Au total, les millions d'heures d'écoute gagnées chaque semaine par les chaînes canadiennes-anglaises n'ont pu empêcher l'érosion des parts d'écoute des émissions canadiennes remarquée depuis 2001. De leur côté, les émissions francophones produites ici, déjà nettement plus populaires, réalisent encore des gains en soirée.

comments powered by Disqus