La référence des professionnels
des communications et du design

L'ACA prône de nouvelles méthodes

L'Association canadienne des annonceurs (ACA) s'oppose à toute augmentation du temps publicitaire à la télé; elle l'a fait savoir au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Tandis que Quebecor et Bell Globemedia plaident en faveur d'un accroissement de la publicité à plus de 12 minutes l'heure, l'ACA affirme qu'un tel changement ferait fuir les spectateurs et les annonceurs.

Par ailleurs, l'ACA est également contre l'idée, présentée par les diffuseurs traditionnels, d'une augmentation des frais d'abonnement qui viendrait amortir la diminution des revenus publicitaires. La proposition est aussi rejetée par Rogers et Corus, qui craignent une éventuelle désertion des consommateurs du petit écran.

L'idée que les diffuseurs imposent des frais aux fournisseurs de câble et de satellite ne plaît pas non plus à l'association, qui pense que ces coûts devront être assumés par les consommateurs. Elle souhaite plutôt l'exploration de nouvelles méthodes par les annonceurs. "Les technologies offrent aux annonceurs des façons innovatrices de toucher les consommateurs, affirme Bob Reaume, vice-président, politiques et recherche, de l'ACA. L'insertion d'annonces ciblées et la vidéo sur demande, en particulier, pourraient fournir des occasions intéressantes dans le cadre ou à proximité d'une programmation choisie par les consommateurs. Ce genre de contenu vidéo promet de devenir de plus en plus populaire, et les annonceurs devraient pouvoir apporter leur soutien financier à ce secteur."

comments powered by Disqus