La référence des professionnels
des communications et du design

Second Life: Big Brother is watching you

C'est souvent lorsqu'on pense avoir tout vu, que le plus improbable débarque comme, par exemple, Big Brother dans Second Life, le 1er reality show virtuel.

Nous avons à peine eu le temps d'assimiler ces programmes à la télé, que déjà nos avatars se pressent pour se faire enfermer par des murs virtuels et observer pendant des heures dans un univers en 3D: avouez que là, ça dépasse vraiment l'entendement !

Et pourtant, après avoir généré l'une des plus grande polémique du tube cathodique du siècle dernier avec le lancement de Big Brother (le "grand frère" du Loft), Endemol Hollande remettra le couvert, le 1er décembre sur la Toile.

Pour s'inscrire, les candidats doivent bien entendu se rendre dans les bureaux virtuels de Big Brother où sera organisé le casting. 15 participants, venus de 3 fuseaux horaires différents, seront ensuite choisis. Les heureux élus devront passer un minimum de 8 heures quotidiennes dans la maison en 3D. Autant dire qu'il leur faudra choisir entre travailler ou dormir. Le reste du jeu suit un processus tout ce qu'il y a de plus terrien : chaque semaine, d'autres résidents de Second Life voteront pour éliminer trois «lofteurs», jusqu'à une palpitante finale qui aura lieu le... 31 décembre! En d'autres termes, le plus populaire de ces petits bonhommes virtuels passera en réalité son réveillon devant son ordi, et peut-être bien tout seul dans sa vraie maison. Et tout ça pour gagner une île tropicale. Virtuelle. A-t-on besoin de le préciser ?

Passé l'autre côté du miroir, le jeu est bien plus convivial qu'il en a l'air, selon Endemol. Car les participants se verront confier une multitude de tâches, comme, entre autres, la construction de répliques de bâtiments célèbres qui seront par la suite vendus aux enchères. Et les vrais sous récoltés par cette opération seront reversés à une oeuvre de charité bien réelle choisie par les visiteurs du Big Brother Club virtuel. Un lieu où les avatars «libres» peuvent bien sûr observer ce qui se passe (ou pas d'ailleurs) à l'intérieur de la maison, mais aussi écouter de la musique, danser ou encore faire des rencontres.

Bref, après une liste incalculable de marques, d'agences, d'entreprises en tous genres à avoir fait leur apparition dans Second Life, voici que ce nouveau monde a même son propre laboratoire d'analyse d'êtres humains... pas humains.

comments powered by Disqus