La référence des professionnels
des communications et du design

Le microcrédit : un levier contre l'extrême pauvreté

À deux semaines du Sommet mondial du microcrédit qui se tiendra à Halifax, l'institution organisatrice annonce que plus de 110 millions de familles ont fait appel à ce système de financement en 2005. Parmi ces familles, 82 millions faisaient partie des plus pauvres au monde.

Initiée par l'organisme anti-pauvreté américain Results, la Campagne du microcrédit a été lancée en 1997 lors d'un Sommet ayant réunis à Washington près de 3000 personnes venues de 137 pays. L'objectif était de rejoindre, d'ici à 2005, 100 millions des familles les plus pauvres en vue de leur accorder des crédits et d'autres services financiers qui leur permettraient d'exercer une activité indépendante. Pour cela, la campagne regroupe des praticiens du microcrédit, des institutions financières internationales, des ONG, des établissements d'enseignement, etc. En 1997, moins de 8 millions de familles bénéficiaient de microcrédit ; la campagne a ainsi connu une croissance moyenne de 34% par an.

Ces prêts sont utilisés pour démarrer ou agrandir de petites entreprises. Cela peut concerner un large éventail d'activités commerciales, allant de la vente de lait et d'oeufs, la fabrication de tortillas ou de produits artisanaux, à des services téléphoniques alimentés par énergie solaire dans des régions rurales privées de services conventionnels.

Le Sommet d'Halifax, qui se tiendra du 12 au 15 novembre, sera notamment l'occasion de se fixer deux nouveaux objectifs : rejoindre 175 millions des familles les plus pauvres dans le monde avec du microcrédit, soit 875 millions de personnes ; et s'assurer que 100 millions de familles franchissent le seuil du 1$ US de revenu par jour, ce qui permettraient à 500 millions de personnes de sortir de l'extrême pauvreté.

Le Prix Nobel de la Paix et fondateur de la banque Grameen, spécialisée dans le microcrédit au Bangladesh, Muhammad Yunus, participera à l'événement où plus de 2000 délégués sont attendus.

comments powered by Disqus