La référence des professionnels
des communications et du design

Ford: le divorce fait-il vendre?

Cliquez ici pour voir la vidéo

Ford, qui prône l'audace, vient d'illustrer son discours en mettant en scène un couple de divorcés dans son dernier spot, une cible encore très tabou.

Après l'annonce la semaine dernière d'une perte de 5,8 milliards de dollars au dernier trimestre, le constructeur américain a décidé d'appliquer au pied de la lettre son propre slogan du moment «Bold Moves», traduisez «soyez audacieux», tiré de sa campagne créée par J. Walter Thompson Detroit. Dans la première séquence de son spot, une famille idéale se ballade en FordFreestyle et s'amuse follement. Elle va ensuite se restaurer avantd'aller jouer sur la plage. Le genre de pub, quand on réfléchit bien,insipide au possible. Sauf que, à la fin, le papa fait un gros câlinà ses chérubins, remercie la maman de l'avoir invité... avant departir, tout seul de son côté.

Conclusion: «Bold Moves. They happenevery day», comprenez, «des gestes audacieux, il s'en produit tous lesjours». Et celui-là en était un. Car contrairement aux minorités,qu'elles soient raciales ou sexuelles, les divorcés restent une cibletrès sensible. Mettre en scène des gays ou des noirs, c'est branché,moralement correct, une véritable preuve d'ouverture d'esprit. Maismontrer des divorcés, c'est... étrange.

Un pari que Ford a relevé mais qui a choqué l'Amérique puritaine. A tel point que le spot a cessé d'être diffusé fin septembre. On ne plaisante pas avec la famille outre-Atlantique!

Pourtant le rôle de la pub est aussi de faire bouger la société. En France on se souvient encore de la saga Nescafé pour Nestlé. Entre 1995 et 1997, la marque de café avait joué la carte de la nouveauté en lançant un feuilleton publicitaire de neuf épisodes dans lequel la France découvrait les péripéties amoureuses de Sylvie, Pierre, un couple de divorcés, et de leur fille Chloé. Et à l'époque, cela n'avait choqué personne. Il faut dire qu'à la fin, la petite famille était tout de même réunie.

comments powered by Disqus