La référence des professionnels
des communications et du design

Les jeunes Péquistes proposent des péages à Montréal

Des membres du Comité national des jeunes du Parti Québécois sensibilisant des automobilistes, dans le centre-ville de Montréal, jeudi dernier.

Le Comité national des jeunes du Parti Québécois veut limiter la circulation automobile dans le centre de Montréal en s'inspirant des modèles de Londres et Stockholm. Dans le cadre d'une opération de sensibilisation, jeudi dernier, une douzaine de jeunes du Comité ont ainsi invité les automobilistes, dans le centre-ville, à utiliser le transport en commun pour se rendre à leur travail le lendemain. "Il est temps de prendre le virage vert et de favoriser intelligemment le transport collectif", dit Mathieu Jeanneau, président du Comité national des jeunes du Parti Québécois.

Pour cela, le Comité préconise l'instauration de péages dont les sommes perçues seraient réinvesties dans le transport en commun et l'implantation de stationnements incitatifs. Les automobilistes auraient à acquitter un droit de passage chaque fois qu'ils pénètrent à l'intérieur d'une zone délimitée, où le transport en commun est facilement accessible. Ce droit de passage varierait selon le type de véhicule (petite ou grande cylindrée, hybride, électrique, ...) et l'heure de la journée.

Ce projet s'inspire de systèmes similaires déjà mis en place à Londres et Stockholm. "Les expériences de Londres et de Stockholm sont probantes, le système de zone de péage urbain fonctionne et est même apprécié des citoyens, dit Mathieu Jeanneau. Montréal pourrait devenir la première ville en Amérique à adopter ce système pour favoriser l'accès au transport en commun."

Selon les chiffres rapportés par le Comité, Londres a diminué de 20% le nombre d'automobiles dans son centre-ville et de 12% les émissions polluantes. À Stockholm, la circulation automobile a diminué de 25% au cours des 7 premiers mois du projet-pilote (l'objectif était de 15%), ce qui représente 100000 voitures de moins chaque jour. La ville a en outre vu l'achalandage de son réseau de transport en commun augmenter de 10%.

"Bien entendu, il faudra que le transport en commun s'adapte pour répondre aux nouveaux besoins générés par une telle mesure, précise Mathieu Jeanneau. Et l'accès au centre-ville sera plus aisé pour ceux et celles qui ont vraiment besoin d'utiliser une automobile."

comments powered by Disqus