La référence des professionnels
des communications et du design

Demain, à Griffintown...

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Les dialogues de Griffintown se sont conclus avec la présentation au public, aux spécialistes et aux autorités municipales des scénarios envisagés par les trois équipes pour l'aménagement de cette zone de l'arrondissement du sud-ouest.

Il s'agissait d'un exercice avant tout conceptuel, destiné à ouvrir des perspectives créatives, sans limite de temps ou d'argent, et ne menant pas directement à l'attribution de mandats ou de commandes.  
Cela ne signifie pas que les propositions relèvent du pur fantasme, bien au contraire.

La première équipe était composée des architectes d'Atelier in situ, architecture, Vlan Paysages, paysage, Uniform communication, Alain Paiement, artiste photographe et Alan Knight, professeur d'architecture. Leur proposition concerne le site des propriétés de l'École de technologie supérieure (ETS).

La base du projet est de désenclaver le quartier et de retisser la trame urbaine en la connectant plus étroitement aux quartiers avoisinants. Pour ce faire, le plan propose un important réaménagement de la zone du viaduc ferroviaire en construisant une série d'immeubles le chevauchant et en utilisant ses dessous pour y installer un grand marché public. À partir de cette zone, des espaces publics, civiques, commerciaux, culturels et résidentiels situés dans les rues adjacentes encadrent ce qui devrait être un vrai campus universitaire pour l'ETS et une force motrice pour la renaissance du quartier de Griffintown.

La proposition, réalisée par l'équipe Groupe Rousseau Lefebvre, Atelier Bric et Volume 2, touche la rue des Seigneurs et ses abords. Le concept repose sur la force hydraulique ayant contribué à l'essor industriel de Griffintown et du canal Lachine, au milieu du XIXe siècle.

En rétablissent les tracés originaux des canaux de dérivation, d'amené et de fuite, les concepteurs restructurent à partir de la présence de l'eau une composition urbaine attractive. La rue Bassin devient la colonne vertébrale d'un nouveau pôle de développement ouvert sur le quartier et relié au Vieux-Montréal. Des bandes construites perméables investies de multiples fonctions ceinturent un nouveau parc exploitant la thématique de l'eau comme source de ville.

Le site du secteur de la rue Ottawa a été investi par la troisième équipe, composée de l'Atelier braq, Nip paysage et l'Agence Stock Photo. À partir du développement résidentiel de grande envergure, ils proposent une brillante vision pour le futur du quartier, délaissant graduellement l'industrie légère pour se transformer en quartier vivant et dynamique, propre à la mixité des usages.  

Le plan suggère une densification du cadre bâti sur la rue Ottawa, qui se révèle comme rue centrale du Griffintown. Le geste entraîne le mouvement spéculatif vers le nord pour libérer les abords du canal Lachine et y offrir un grand espace public et récréatif, déposé sur la géométrie des bassins historiques. Dans un souci de récupération des structures, le centre de tri postal recycle sa mégastructure pour le remaniement d'un bâtiment qui combine avec originalité des services à la communauté, des espaces commerciaux et des résidences. 

En sortant de ces présentations, on ne pouvait qu'applaudir l'initiative de Design Montréal, qui a démontré que l'atelier urbain est bien un processus créatif utile, pertinent et révélateur. Ce qui a été pensé, dit et questionné durant ces trois jours de dialogues ne peut rester sans écho et sans suite, même si aucune de ces propositions ne voit jamais le jour. Il subsistera toujours quelque chose de ces projets dans la tête de ceux qui doivent participer activement au développement de Griffintown.

comments powered by Disqus