La référence des professionnels
des communications et du design

le CRTC veut offrir plus de choix télévisuels

Avec l'utilisation croissante de la technologie numérique par les câblodistributeurs (qui permet d'augmenter la capacité de chaînes sur le réseau), le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) se penche sur les moyens d'accroître la disponibilité des services de télévision spécialisée "dans la langue officielle de la minorité". Plus spécifiquement, augmenter les services en français dans les marchés majoritairement anglophones et, inversement, les services en anglais dans les marchés majoritairement francophones.

Le projet de politique s'inscrit dans un processus de consultation publique, amorcé au printemps dernier. Le CRTC met de l'avant un ensemble de propositions: • Le nombre minimal de services spécialisés numériques qu'un câblodistributeur doit offrir. Par exemple: pour chaque ensemble de 10 services, canadiens ou étrangers, diffusés en anglais, il faudrait qu'au moins un service soit offert en français (et vice versa). • Le critère pour identifier les marchés auxquels s'appliqueraient les nouvelles règles serait la proportion ou le nombre de ceux qui, dans un marché anglophone, ont une connaissance du français (et inversement). Ce critère, au lieu de celui de la langue maternelle, permettrait de mieux évaluer les auditoires potentiels. • Dans les marchés anglophones, il serait interdit aux câblodistributeurs de diminuer le nombre de services en français qui sont présentement distribués en mode analogique. • Le CRTC encouragerait fortement les câblodistributeurs de petite taille, de même que les plus grands qui se servent exclusivement de la technologie analogique, à diversifier le plus possible l'éventail de services spécialisés en français et en anglais qu'ils offrent à leurs abonnés.

comments powered by Disqus