La référence des professionnels
des communications et du design

Un orchestre interactif

Cliquez ici pour voir toutes les photos

À Londres, chaque jour pendant l'été et jusqu'au début d'octobre, des milliers de gens ont pu jouer d'un instrument dans le Play.orchestra, une installation destinée à faire découvrir la musique classique sous un nouvel angle.

Melissa Mongiat, une Québécoise diplômée en design graphique de l'École de design de l'UQAM, fait partie de l'équipe de création de ce projet. Il y a deux ans et après quatre années de travail en architecture ainsi qu'en design d'intérieur et d'expositions, elle se rendait à Londres afin d'y obtenir une maîtrise en environnements narratifs à l'université Central Saint Martins (MA Creative Practice for Narrative Environments). Ce nouveau programme multidisciplinaire vise la création d'environnements à vocation expérientielle.

Depuis, elle a participé, au sein du groupe Milkandtales, à de nombreux projets interactifs accessibles et populaires dont le Gamelan Playtime. Elle est membre d'une équipe de recherche pour le Department of Trade Industries, qui, avec le projet Bop!, planche le design d'interfaces pour des réseaux de capteurs sans fil.

Play.orchestra recrée en plein air la scène d'un orchestre. Chaque personne prend place sur un bloc lumineux correspondant à la partition d'un instrument. Sa présence sur le bloc active l'instrument. Il suffit alors d'attendre le moment où il joue pour faire vraiment partie de l'orchestre. Jusqu'à 60 personnes peuvent participer en même temps, et à mesure que le public s'approprie l'installation, la composition se dévoile.

L'installation Play.orchestra est en nomination aux prix BT Digital, dans la catégorie «Best Innovation». Elle a été couverte par plusieurs journaux, magazines et blogues. Le magazine Time Out la juge «the best free fun in London». L'installation s'apprête à voyager, la Corée serait sa première destination.

Forte de ces expériences et une fois sa maîtrise complétée, Melissa Mongiat reviendra à Montréal l'été prochain.

comments powered by Disqus