La référence des professionnels
des communications et du design

Italie: carton rouge pour Kenwood!

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Attirer l'attention des consommateurs est indispensable, mais quand la pub fait n'importe quoi, in:fluencia s'insurge!

Afin de venter les mérites de la longévité des appareils Kenwwod, G-com, une agence italienne spécialisée en Guerrilla Marketing, a imaginé un scénario plus que douteux la semaine dernière: elle a placé au beau milieu de la Via Torino, à Milan, une voiture littéralement calcinée et encore fumante.

Malgré cette atmosphère de mort, les haut-parleurs, seuls rescapés, hurlaient encore, car le matériel musical Kenwood, résistant à toute épreuve, était resté intact! Bravo, quel solidité! Et pour couronner le tout, les passagers fictifs du véhicule, vêtus de guenilles elles aussi carbonisées, jouaient les hôtesses en distribuant aux passant des stickers avec trois mots inscrits : «can't stop me».

Non mais franchement, un peu de décence!

Que la sécurité routière se permette de tels messages chocs pour défendre sa cause, on peut le comprendre, mais pour vendre un produit de consommation, non!

D'autant que générer une telle émotion chez le consommateur peut avoir des effets négatifs voire paradoxaux comme l'ont très justement démontré Bruno Poyet et Bernard Croisile lors de la conférence organisée par Impact Mémoire* le 27 septembre dernier. Les émotions fortes ont certes un impact instantané sur le corps, mais empêchent le souvenir de s'imprimer sur la mémoire à long terme.

Être innovant et créatif est primordial, mais il faut savoir respecter certaines valeurs. Car si les flammes n'arrêtent pas Kenwood, espérons que les consommateurs le feront. Et G-com pourra vraiment se targuer d'être un «weapon of media destruction» comme le dit si bien sa baseline!

NdlR: et, non! Nous ne mettrons pas les liens Internet!

*Bruno Poyet, publicitaire, fondateur de la société de conseil médias Climats Médias, et Bernard Croisile, docteur en neuropsychologie

comments powered by Disqus