La référence des professionnels
des communications et du design

Chine: l'esclavage selon Calvin Klein

Les fashion victimes traîneraient-elles leur dépendance à la mode tel un boulet les privant de liberté? Tel est le message de Calvin Klein.

Ou en tout cas, l'une des interprétations possibles de la symbolique de la gigantesque boule de jeans exposée dans un centre commercial de Xiamen, dans la province de Fujian, en Chine.

Les clients ébahis ont pu admirer cette énorme sphère de 2 tonnes brandée «Calvin Klein», uniquement composée de vieux jeans et reliée à la cheville d'un mannequin par une chaîne.

Cette «sculpture» a été réalisée pour une exposition intitulée «Fashion Slave», traduisez « esclave de la mode» à la mi-juillet. Dans un pays communiste qui n'est pas franchement un modèle en termes de liberté d'expression, une telle campagne, version «les bagnards de la consommation» est pour le moins incongrue! Voire ambiguë.

Enfin, le plus important reste, bien sûr (!), que le consommateur qui trouvera le nombre de pantalons de cowboy composant l'oeuvre d'art, gagnera 5000 yens, soit 625 dollars!

comments powered by Disqus