La référence des professionnels
des communications et du design

La renaissance de l'hôtel Gramercy Park

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Ian Schrager, l'homme d'affaires américain qui, avec Philippe Starck, avait révolutionné l'industrie hôtelière dans les années 90, est de retour. Le Paramount, le Delano, le Royalton avaient alors jeté les bases du phénomène planétaire de "l'hôtel design", de l'hôtel spectacle pour jet-setters modernes.

Aujourd'hui, le tandem Schrager-Starck est chose du passé, mais pas la volonté de l'homme d'affaires de créer des lieux extraordinaires et luxueux. Il vient d'ouvrir l'hôtel Gramercy Park, institution new-yorkaise qui, entre les mains de l'artiste Julian Schnabel, resurgit avec opulence et débauche de moyens.

Point de minimalisme rigoureux, point de meubles aux lignes pures, ni de matériaux technos et aseptisés. Ici, le velours, le bronze et la tapisserie dominent dans un luxe un peu décadent, une préciosité contrebalancée par les oeuvres disséminées dans l'hôtel, signées Hirst, Warhol, Basquiat et, bien sûr, Schnabel.

Mais cette collaboration avec le peintre ne signifie pas qu'Ian Schrager renonce à travailler avec des architectes. Bien au contraire. Juste à coté de l'hôtel, il s'apprête à ouvrir le 50 Gramecy Park une résidence haut de gamme de 23 appartements avec services hôteliers dont il a confié l'architecture à un virtuose du minimalisme: John Pawson. L'ambiance y sera sereine et clame, luxueuse certes, mais sans ostentation.

Enfin, à New York toujours, c'est avec les architectes suisses Herzog et de Meuron qu'Ian Schrager travaille en ce moment au projet 40 Bond Street, toujours dans le créneau de la résidence de luxe pour amateurs d'architecture contemporaine.

comments powered by Disqus