La référence des professionnels
des communications et du design

L'affichage sauvage mieux contrôlé

Les annonceurs s'affichant sur une clôture ou un échafaudage situés sur le domaine public du centre-ville montréalais pourront y occuper plus d'espace, mais ils devront payer un montant afin de s'y faire voir; cela ne signifie toutefois pas la disparition de l'affichage sauvage traditionnel.

Ainsi, en vertu de règlements récemment adoptés par l'arrondissement Ville-Marie, tout annonceur en affichage sauvage devra maintenant occuper une surface minimale de 40 mètres carrés. Il lui faudra aussi verser à l'arrondissement un montant quotidien de 0,40¢ par mètre carré (ou 100$ minimum par affiche). Ces mesures touchent le périmètre formé par les rues Saint-Laurent, Saint-Antoine, Guy et Sherbrooke. Hors de ce secteur, un panneau publicitaire coûtera 0,27¢ par mètre carré (ou 50$ minimum par affiche).

"Les nouvelles exigences en matière de superficie font en sorte que les espaces qui intéresseront les gros annonceurs se trouvent au-dessus des chantiers, dans la partie supérieure des palissades, indique Annie Lalonde, chef de division, développement économique de l'arrondissement Ville-Marie. Cela ne changera donc rien pour les espaces situés à la hauteur de la rue, privilégiés par les petits annonceurs, comme les producteurs de spectacles, de films et de théâtre." La porte-parole rappelle néanmoins que le badigeonnage d'affiches sur des palissades demeure interdit, mais toléré dans la mesure où le responsable du chantier accepte que ses panneaux soient couverts d'affiches.

Les nouvelles mesures devraient rapporter quelque 100 000$ annuellement à Montréal. À ce jour, aucune demande n'a été formulée aux autorités. Par ailleurs, la Ville de Montréal a créé ce printemps un comité chargé d'étudier la question de l'affichage publicitaire sur son territoire, principalement en raison des nombreux nouveaux supports apparus ces dernières années. Le groupe devrait présenter ses recommandations au comité exécutif de la Ville cet automne.

comments powered by Disqus