La référence des professionnels
des communications et du design

Trois questions à deux Québécois à Vancouver

Nicolas Quintal
Martin Rivard

Les créatifs Martin Rivard et Nicolas Quintal répondent aux questions d'Infopresse avant de plier bagages pour rejoindre l'agence Rethink à Vancouver.

Pourquoi partir et pourquoi Rethink?
Nicolas Quintal: On n'avait pas l'intention de quitter, c'est plutôt un chasseur de têtes torontois qui nous a trouvés. Notre première impression lorsqu'il nous a contactés a été de dire "Ah non! Toronto, ça ne nous intéresse pas". Lorsque nous avons su que Rethink était derrière la recherche, nous avons soudain senti un plus grand intérêt! C'est une agence qui nous ressemble beaucoup côté publicitaire. Elle est très axée sur la création et est davantage une agence d'images, de visuels, que de mots, tout comme Martin et moi.
Martin Rivard: Nous connaissions déjà le travail de Rethink. En leur parlant, nous avons connu leur philosophie d'entreprise et elle nous a plu. Comme nous ne voulions pas prendre de décision précipitée, nous avons visité l'agence et rencontré les directeurs de création, Chris Staples et Iain Grais, à Vancouver. C'est certain que c'est une grosse transformation pour nous, car nous changeons de ville, mais en même temps, nous sommes contents de continuer à faire de la création originale, autant québécoise que canadienne. C'est un changement très excitant pour nous. En plus, Vancouver nous ressemble plus que Toronto, c'est une ville un peu moins "workaholic".

Comment entrevoyez-vous votre travail à Vancouver?
Nicolas Quintal: On ne veut pas devenir les "francos" de Vancouver. Rethink a de la création francophone à produire, mais son bassin de travail n'est pas assez gros pour ouvrir un bureau au Québec, d'où l'idée d'embaucher une équipe de créatifs québécois. On va d'ailleurs revenir souvent pour travailler à Montréal, pour rencontrer des clients qui gèrent leur marque à partir du Québec et pour des tournages.

Le départ de Martin Beauvais chez Zig a-t-il joué dans votre décision?
Martin Rivard: Pas du tout. Je pense que son départ était un choix personnel. Nous, c'est davantage une question de hasard. On n'avait vraiment pas l'intention de partir. Au contraire, on était même très excité à l'idée de bientôt déménager dans les nouveaux locaux de BBDO sur le boulevard St-Laurent.
Nicolas Quintal: Ça n'arrive pas dans une période noire, c'est juste une occasion qu'on ne voulait pas échapper. BBDO est sur une bonne "vibe" depuis l'arrivée de Pierre Nolin. Si cela avait été une autre agence, à Toronto par exemple, on n'aurait pas accepté.

comments powered by Disqus