La référence des professionnels
des communications et du design

OGM : Greenpeace fait campagne dans Taillon

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Alors que l'élection complémentaire dans Taillon a lieu lundi prochain, Greenpeace mène une campagne de sensibilisation auprès des électeurs de ce comté de Longueuil, leur rappelant que l'étiquetage des OGM fait toujours défaut au Québec. L'ONG souhaite que les citoyens posent à leur fenêtre une affiche (ci-dessus) exigeant un étiquetage systématique des organismes génétiquement modifiés (OGM). D'ici le jour de l'élection, Greenpeace estime qu'elle aura contacté environ 4000 foyers dans le comté.

"C'est l'opportunité pour les électrices et les électeurs de rappeler à tous les candidats que l'écrasante majorité de la population veut savoir si les aliments qu'elle consomme contiennent ou non des OGM", dit Eric Darier, de Greenpeace.

L'ONG signale en outre qu'elle a écrit aux principaux candidats pour leur demander de signer un engagement en faveur de l'étiquetage obligatoire. Yvon Kudolfe (Parti vert), Manon Blanchard (Québec Solidaire) et Karine Simard (ADQ) ont signé cet engagement.

Pour leur part, les candidats du Parti Québécois, Marie Malavoy (Comté de Taillon) et André Boisclair (Comté de Pointe-aux-Trembles), ne l'ont pas signé, mais ont répondu à l'ONG. Ils ont ainsi rappelé que la résolution adoptée par leur parti prévoit la mise en place "d'un système de gestion agroalimentaire qui assure la traçabilité des aliments de leur lieu de production à leur lieu de vente, en précisant s'il s'agit d'OGM".

Selon Greenpeace, la candidate libérale Véronique Mercier est la seule à avoir totalement ignoré sa requête.

Cette action s'inscrit dans le cadre d'une campagne que mène depuis plusieurs mois Greenpeace, qui accuse le gouvernement Charest de ne pas avoir tenu ses promesses en matière d'étiquetage des OGM au Québec.

comments powered by Disqus