La référence des professionnels
des communications et du design

Amour, Amour, je t'aime tant...

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

L'amour est à tous les coins de rue pour l'été 2006 et, comme les congés riment fortement avec vacances badines, il envahit notre quotidien.

Même si le sida empêche un total débridement sexuel et bien que la société paraisse inhospitalière aux liaisons futiles, l'Amour se manifeste avec une grande vigueur, car il est tout simplement recherché par chacun d'entre nous. En témoignent les nombreuses expositions autour de ce thème: «l'amour comment ça va ?» à La Villette ou «Niki de Saint Phalle. Vive l'amour» à Fécamp. Les affiches de la capitale «Paris protège l'amour» avec une lune en forme de préservatif sur la Tour Eiffel attestent que Paris sera toujours la ville des amoureux tout en jouant sur le nécessaire côté sécuritaire des rapports. Pour abriter amours illicites ou lunes de miel, le dernier hôtel issu de la branchitude parisienne se nomme d'ailleurs Hôtel Amour. Tout un programme!

Au royaume des bijoutiers, Cartier vient de relancer sa ligne «Love» des années 1970, Dior Joaillerie joue avec les broches Cupidon de Victoire de Castellane, Chaumet baptise sa dernière collection «Attrape moi si tu m'aimes» et la De Beers raconte avec ses bagues «The secret kiss of the roses» et «Love Note», des histoires où chaque amour est unique, sur fond de diamants bien sûr.

Assez naturellement les robes de mariées de Pronuptia prennent des noms romantiques tels que «Falling in love». Plus originales, les marques Arthur jouent les nuisettes sur fond de coeurs entrelacés. Quant à Sonia Rykiel, la créatrice connue pour ses fougues sensuello-gustatives, elle fait une déclaration appuyée sur ses robes d'été avec un «elle aime» posé près d'une bouche suggérant l'amour et le sexe.

Flacons d'Art et messages multi-codés: la fragrance de Sisley «Soir de Lune» évoque la fougue de l'amour par un bouchon au baiser inspiré de l'artiste polonais Bronislaw Krzysztof, celle de Kenzo au nom enchanteur de «Kenzo Amour» la liberté amoureuse avec un oiseau stylisé en vol.

Au quotidien, Quo Vadis crée «Mon année in love», une collection complète d'agendas et de fournitures de bureau qui est loin d'être réservée aux seules adolescentes en mal d'émois amoureux. La Poste poétise même ses timbres avec des coeurs bien colorés pour Chanel et Scherrer et Paris est sillonnée de voitures estampillées de «I love».

Le mouvement Peace and Love des années 70 revient ainsi en force, mais sans son aspect baba cool hippie d'antan.

comments powered by Disqus