La référence des professionnels
des communications et du design

Wanna play?

Une solution miracle pour toucher les 24-34 ans, branchés, qui évoluent en communauté et font circuler le bouche à oreille? Oui, les jeux vidéos!

Exit le stéréotype de l'ado solitaire qui joue amorphe dans sa chambre. Les adeptes du «gaming» ont bien changé et ils représentent la plus grosse part de marché de l'industrie du divertissement. Plus importante que celle du film (10 milliards de dollars) et de la musique (15 milliards de dollars), les jeux dominent le marché aujourd'hui avec 25 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Les stars de cinéma, les chanteurs et même les sportifs ont du souci à se faire, car désormais les personnages virtuels qui déferlent sur les écrans de tous types (ordinateurs, téléphones portables, consoles...) ont plus de valeurs financières que les icônes d'antan. Et oui, Lara Croft pèse plus lourd que Tom Cruise !

Alors, il paraît évident que les marketers ont tout intérêt à saisir l'opportunité de toucher cette cible tant convoitée grâce à ce nouveau média: tel était le consiel majeur de Simon Bond (responsable des clients internationaux de Proximity Asie) et Reza Ghaem-Magami (directeur du new business de Proximity Paris) lors d'une conférence donnée hier à Cannes. 

Il existe plusieurs stratégies pour intégrer sa marque dans cet univers. Tout d'abord, en plaçant tout simplement de la pub dans les jeux qui s'y prêtent, comme les bannières dans les jeux de sports. Une forme de marketing subliminal qui n'interrompt aucunement les accros pendant leur partie. Il est aussi possible de sponsoriser un événement. Une opération plus que rentable lorsqu'on sait que ce genre de réunion qui rassemble les invétérés du joystick peut attirer jusqu'à 40 000 personnes venant des quatre coins du monde.

Mais le «in game commerce» va encore plus loin. Il s'agit ici de faire de la vente... directement au travers d'un jeu vidéo! Aux Etats-Unis, Domino's Pizza s'est associé au jeu en ligne, Everquest. Pendant qu'il relève les défis, l'internaute peut cliquer sur le logo de la marque pour commander une pizza qui lui sera ensuite livrée à domicile sans arrêter le jeu. Le paradis des fainéants en d'autres termes...

Déjà, grâce à des plates-formes comme celle de MSN, les internautes du monde entier s'invitent les uns les autres pour partager leur activité favorite, offrant ainsi une visibilité inouïe pour n'importe quel annonceur. Avec les progrès du Wi-Fi et la prolifération de téléphones portables, les adeptes du virtuel peuvent jouer partout et quand ils le souhaitent, tout en communiquant entre eux. A New York, les habitants se pistent "pour de vrai" dans la ville, tour à tour fantômes ou Packmans à l'aide du GPS sur leur mobile. C'est le Packmanhattan grandeur nature!

Attention à ne pas se déconnecter du réel tout de même...

comments powered by Disqus