La référence des professionnels
des communications et du design

Kyoto: Bon accueil du plan d'action annoncé par Québec

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Le plan d'action sur les changements climatiques, annoncé la semaine dernière par le gouvernement Charest, reçoit un accueil favorable de la part des ONG et du milieu des affaires. "C'est un très bon plan d'action sur les changements climatiques, a déclaré Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace. [...] Comme le protocole de Kyoto, ce plan n'est pas parfait, mais c'est un pas de géant dans la bonne direction."

Le plan d'action pour la période 2006-2012 prévoit notamment une réduction des gaz à effet de serre émis par la province de 10 millions de tonnes. Pour ce faire, 24 actions ont été définies : limiter la vitesse maximale des poids lourds à 105 km/h, améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments publics, élever les normes du code du bâtiment pour améliorer l'efficacité énergétique des nouvelles constructions, négocier des ententes volontaires de réduction de gaz à effet de serre (GES) avec l'industrie, viser à ce que les distributeurs d'essence fournissent 5% d'éthanol dans l'ensemble de leurs ventes de carburants d'ici 2012, etc. (pour télécharger le détail des 24 actions prévues, cliquer ici). "Nous sommes particulièrement fiers de voir le Québec reprendre un tel leadership dans le dossier de la réduction des GES", a indiqué Philippe Bourke, directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement du Québec (RNCREQ).

La mise en oeuvre du plan d'action bénéficiera d'un financement de 1,2 milliard $ sur six ans, soit 200 millions $ par année, versés au Fonds vert. Il s'appuiera sur le principe de pollueur-payeur et sur une redevance sur les hydrocarbures appliquée aux entreprises du secteur de l'énergie émettrices de gaz à effet de serre.

Pour le Conseil régional de l'environnement de Québec, cette redevance est d'ailleurs un bon moyen de mettre à contribution l'ensemble des utilisateurs de carburants fossiles. Mais elle ne doit pas être le seul dissuasif à l'utilisation de l'automobile. "Il faudra aussi se pencher sur le recours à d'autres instruments économiques, comme les taxes sur le stationnement et les péages", a déclaré son directeur, Alexandre Turgeon.

Pour la Chambre de commerce, si s'attaquer au secteur des transports pour abaisser les émissions de polluants représente un axe porteur en vue d'améliorer la qualité de l'environnement, elle souligne également la mise en place de mesures spécifiques pour les industries et entreprises qui favorisent la réduction de la consommation d'énergie. Pour sa présidente, Isabelle Hudon, il s'agit d'une initiative qui "favorisera le développement d'un parc immobilier durable" tout en constituant également "une occasion unique de mettre en valeur le savoir-faire et l'expertise développés au sein des entreprises [...] dans le domaine de l'efficacité énergétique."

Pour télécharger le Plan d'action 2006-2012 du Québec, cliquer ici.

comments powered by Disqus