La référence des professionnels
des communications et du design

Harper sommé de respecter Kyoto

Alors que la ministre fédérale de l'Environnement, Rona Ambrose, annonçait à Bonn en début de semaine, le recul du Canada face à ses engagements envers le Protocole de Kyoto, le gouvernement Harper a subis mardi soir une vive opposition à la Chambre des Communes. Les députés ont en effet adopté par 169 voix contre 125 la motion présentée par le Bloc québécois qui exige du gouvernement qu'il respecte le Protocole. La motion exige en outre que le gouvernement rende public, d'ici au 15 octobre, un plan efficace pour se conformer au Protocole, incluant un système d'objectifs d'émissions pour les grands émetteurs, assortis d'échanges de droits d'émission.

"Rona Ambrose et le gouvernement de Stephen Harper se sont ridiculisés [à Bonn] aux yeux du monde entier et ont fait perdre toute la crédibilité du Canada sur la scène internationale", a déclaré Bernard Bigras, le porte-parole en matière d'Environnement du Bloc québécois.

Rona Ambrose, qui préside la conférence de l'ONU sur les changements climatiques de Bonn, en Allemagne, avait émis des doutes, lundi, à l'ouverture, sur le réalisme des objectifs de réduction fixés par le Protocole de Kyoto. Environnementalistes et députés de l'opposition avaient été outrés d'apprendre que le Canada ne s'engageait plus à atteindre l'objectif de ramener le niveau de ses émissions 6% sous le seuil de 1990.

"Le vote pris au Parlement [...] dit clairement aux troupes de Stephen Harper que non, la politique environnementale du Canada ne sera pas dictée par Washington; que non, le Canada ne restera pas les bras croisés devant les bouleversements climatiques qui menacent la planète; mais que oui, ce gouvernement devra respecter la volonté de la population", a ajouté Bernard Bigras.

Selon les représentants des groupes environnementaux présents à Bonn, les diplomates canadiens doivent recevoir de nouvelles instructions reflétant la décision prise mardi par la Chambre des communes : les délégués des autres pays doivent savoir que le Canada a la volonté d'assumer ses responsabilités à l'égard du Protocole de Kyoto. "Ceci est d'autant plus urgent que la position du Canada à Bonn affaiblit les négociations [...] en soutenant des ententes 'volontaires' promues par l'Administration Bush, tel le Partenariat Asie-Pacifique", dit Hugo Séguin, coordonnateur des changements climatiques, chez Equiterre.

comments powered by Disqus