La référence des professionnels
des communications et du design

Blanc comme une perle pure

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Partez à la pêche aux bijoux, arts de la table ou cosmétiques ultra-blancs...

Le blanc est inspiration, émotion, obsession. Une recherche de la pureté qui va même jusqu'à puiser au coeur des perles.

Il y a quelques années, le marketing lessiviel avait réussi à imposer le slogan publicitaire d'une poudre qui lavait plus blanc que blanc. En fêtant ainsi son 100 ème anniversaire, Persil peut donc, encore et toujours, revendiquer sa publicité. En effet, si historiquement le blanc était synonyme de richesse, car seuls les «nantis» pouvaient s'offrir le luxe d'avoir des vêtements propres, il est aujourd'hui l'apanage de tous.

Selon Thomas Zylberman, styliste chez Carlin International, le come-back du blanc se justifie par «un retour en force du clean et du formel ainsi que par une fascination du romantisme». Après plusieurs saisons où le délavé, et le chiffonné dominaient, le blanc revient avec toute sa symbolique du propre et du structuré. Besoin d'évasion et de charme? Le romantisme latent se concrétise parfaitement avec la magie de la couleur blanche. De plus, on assiste à «une sanctification du rétro», des années 50 à 70 et de leurs couturiers (Cardin et Courrèges) qui abusaient du blanc. Dominique Weizman du cabinet de tendances Dezineo apporte une justification supplémentaire: le retour du blanc dans l'électro-ménager et la hi-fi s'explique par «un souci de rassurer et de dédramatiser la complexité».

Ralliée à ce panache blanc, la mode entraîne même les chaussures et les montres (pas moins de cinq modèles différents, mais totalement blancs sortis chez Lacoste et Swatch pour l'été 2006). Côté bijoux, le collier de perles de grand-mère est out: trop BCBG! Mais la perle revient en force modernisée à l'image de Kailis qui intègre les plus belles perles d'Australie à de l'or blanc design.

Même influence dans les arts de la table qui jouent, après avoir mis en valeur le mystère du noir, l'éclat d'une porcelaine ou d'un cristal blanc. Pour Philippe Deshoulières avec «Galets» et «Epicure» et Misaka avec «Global Cuisine», le blanc met en valeur des formes inédites d'assiettes, pour mélanger les genres nouveaux aux codes traditionnels et pour sublimer les couleurs exotiques des cuisines lointaines. En quête d'absolu transparence, Lalique crée «White Light» une collection complète de vases et d'appliques. Poli dépoli, l'opalescence du cristal ressort et devient écrin pour la fragrance florale boisée «Perles de Lalique». Même blancheur immaculée pour le dernier jus féminin floral de Creed, «White in Love».

Au rayon des cosmétiques, l'aspect «propre» est omniprésent dans le packaging de la ligne corporelle Kenzoki de Kenzo et la perle intégrée dans certaines galéniques pour ses qualités de douce abrasion et de réflexion de la lumière. En associant poudre de diamants, cristaux de quartz et perles d'eau douce, la Crème Radiance Contour des Yeux de La Prairie rénove l'épiderme. Un vrai travail d'orfèvre pour la peau qui se paye à un prix très joaillerie, tout comme le régénérateur cellulaire Life Pearl d'Helena Rubinstein dont l'actif principal est la poudre de perle micronisée.

Au final, allez au «Schneeweiss» (neige blanche), le restaurant tout blanc de Berlin; et, en lisant le dernier livre de Laure Paoli «Le blanc dans tous ses états», consommez Satinium, la dernière vodka citron de Marie Brizard frappée dans son verre givré blanc. A moins d'aller au futur «dîner en blanc» qui aura lieu dans le plus grand secret, à Paris, le 8 juin prochain !

comments powered by Disqus