La référence des professionnels
des communications et du design

L'herbe est-elle plus verte à Toronto: premières réactions

Voici les premières réactions à lettre ouverte de Nicolas Massey d'Amen-Epoxy sur l'importance pour les créatifs québécois de se serrer les coudes pour faire évoluer l'industrie.

Les avis divergent, parfois fortement, mais la qualité et la diversité des réactions reçues témoignent d'un fort attachement à l'endroit de ce qui se fait au Québec en publicité et d'un profond désir de participer à améliorer les choses. "Le départ de Martin Beauvais nous secoue, parce qu'il nous oblige, le reste de l'équipe, à nous questionner", dit le réalisateur Yves-Christian Fournier.

Plusieurs soulignent toutefois l'importance de s'ouvrir à ce qui se passe ailleurs. "Parce que je veux voir ailleurs ce qui se passe, et je veux revenir ici enrichi de ce que j'ai vu", dit le photographe André Cornellier. Et André Marois, de Diesel, d'enchaîner: "Quand Nicolas Massey demande à Namouric et DeDecker de rester, il semble oublier qu'eux aussi viennent d'ailleurs."

Enfin, plusieurs font valoir que les créatifs à eux seuls ne peuvent tout changer. "La problématique de l'industrie publicitaire québécoise va bien au-delà de la création, dit le directeur artistique David Claude. Notre problème se situe d'abord dans notre capacité à faire du développement d'affaires en tant qu'agences."

Cliquez ici pour lire les réactions complètes (format PDF).

Cliquez ici pour lire l'article paru hier au sujet de la lettre ouverte de Nicolas Massey (format PDF).

Cliquez ici pour lire l'entrevue avec Martin Beauvais qui explique les raisons de son départ.

Et cliquez ici pour livrer vos propres commentaires. Veuillez indiquer votre nom et celui de votre entreprise.

Veuillez noter par ailleurs que la date lancée par Nicolas Massey pour un premier rendez-vous des créatifs a été devancée au 17 mai.

comments powered by Disqus