La référence des professionnels
des communications et du design

La presse gratuite veut se faire entendre

La presse gratuite est une presse «d'information» comme une autre et elle veut le faire savoir. Tel est le but de l'association qu'elle vient de lancer, l'ADPGI.

Le message des 6 titres fondateurs (A Nous Paris, Femme en Ville, Métro, Sport, Journal du Golf, Economie matin) regroupés dans l'Association de la Presse Gratuite d'Information est triple :
- oui, la presse gratuite, avec ses 23 quotidiens et 67 magazines, est rentable,
- oui, la presse gratuite offre un véritable contrat de lecture et connaît une fidélité réelle de la part de ses lecteurs,
- oui et encore oui, la presse gratuite apporte un nouveau souffle à ses confrères payants, en termes de lectorat et de croissance publicitaire.

Tout cela, l'ADGPI entend bien le faire savoir à qui de droit, tout comme elle a l'intention de se battre pour obtenir un traitement équitable avec la presse payante, tant dans les mesures de performances (OJD, AEPM, TNS Media Intelligence...) qu'au niveau des aides à la presse ou de sa reconnaissance par la Commission Paritaire.

La presse gratuite « d'information » nous le répète : «nous sommes passés à la vitesse supérieure». Qu'on se le dise. Si ce n'est pas du bon lobbying, tout ça...

Crédit photo : procliparts

comments powered by Disqus