La référence des professionnels
des communications et du design

Exit la ménagère de moins de 50 ans et welcome le Métropolitain!

Après avoir régné en maîtresse absolue sur la société de consommation pendant près d'une quarantaine d'années, après avoir été la référence mais aussi le cauchemar des annonceurs et des publicitaires, la ménagère de moins de 50 ans s'éteint et passe le flambeau à une nouvelle cible émergeante : les Métropolitains.

Ces nouveaux consommateurs, prescripteurs, sans cesse à l'affût de la nouveauté bousculent les règles classiques du marketing et de la communication. Dans "Les Métropolitains Ou la mort de la ménagère de moins de 50 ans", Monique Wahlen, respectivement directrice du planning stratégique et Benoît Héry, vice-président de Grrrey Marketing Services, se proposent d'identifier le profil de cette cible en perpétuel mouvement au travers de 17 logiques bien distinctes.

Mais qui sont ces nouveaux Petits Princes du XXIè siècle? Ils habitent Paris, Londres, Shanghai, Le Cap, Dubaï, Moscou... ils ont entre 25 et 35 ans... travaillent dur mais font la fête dès qu'ils le peuvent. Ils vivent en célibataires et l'assument... n'hésitent pas à se faire beaux et à courir les concept-stores... amateurs d'art désacralisé et de fast-food... stressés et pressés mais toujours prêts pour un yoga... sans cesse en mouvement mais bien chez eux... avides d'informations et gavés de sollicitations, tout à la fois fiers de leur ville et citoyens du monde.

Disponible début mai, le dernier-né de la collection L'oeil du Mouton dessine les contours d'un marketing nouveau, capable de s'adapter à ces consommateurs qui diffusent progressivement leurs valeurs et leurs normes au monde qui les entoure.

Aujourd'hui le Métropolitain a dépassé le simple fait de société pour devenir une tendance sociale de fond. A la fois sujet et objet médiatique, modèle de vie et de pensée, c'est lui qu'il faut désormais cibler. Certes cette catégorie multifacette et parfois paradoxale n'est pas facile à cerner. Cependant une chose est certaine: le Métropolitain est sensible à sa propre mise en scène.

Au bureau, à la maison, en vacances ou dans sa voiture... mais qui pourra empêcher le Métropolitain de devenir et d'incarner le nouveau héros des marques?



comments powered by Disqus