La référence des professionnels
des communications et du design

La responsabilité de Yahoo sur la sellette

Une équipe de Reporters sans frontières s'est présentée au siège de Yahoo, en Californie, pour exiger du fournisseur Internet qu'il cesse ses activités en Chine. L'organisme, qui accuse Yahoo de collaborer avec les autorités chinoises à l'arrestation de militants et de journalistes, a présenté aux dirigeants de l'entreprise deux vidéos dans lesquelles le frère de Li Zhi -- un ancien fonctionnaire condamné en décembre 2003 à huit ans de prison pour une utilisation "subversive" d'Internet -- et l'avocat de Shi Tao -- un journaliste condamné en avril 2005 à dix ans de prison pour "divulgation illégale de secrets d'Etat à l'étranger" -- dénoncent la collaboration de la société américaine avec la police chinoise. Les deux hommes utilisaient la version chinoise du service de courriel de Yahoo.

"Je pense que Yahoo a la possibilité de refuser cette collaboration, si elle reconnaît qu'il y a une contradiction entre la loi locale et les normes internationales en matière de droits de l'homme", dit notamment l'avocat de Shi Tao sur l'une des deux vidéos.

Reporters sans frontières demande à Yahoo de ne plus opérer de service de courrier électronique sur le territoire chinois et par conséquent de rapatrier ses serveurs sur le sol américain. Ainsi, toute demande d'information émise par la police chinoise concernant l'un de ses clients devra être approuvée par la justice américaine.

En février, Reporters sans frontières avait envoyé à Yahoo la liste des 80 cyberdissidents et journalistes emprisonnés en Chine, lui demandant d'indiquer si elle était impliquée dans leur arrestation. L'entreprise n'a pas répondu.

Les deux vidéos, tournées en Chine, sont disponibles sur le site de Reporters sans frontières.

comments powered by Disqus