La référence des professionnels
des communications et du design

La télévision en direct dans votre poche

La télévision mobile était le sujet de la journée au MipTV hier à Cannes. Chaînes télé, opérateurs de réseaux sans fil, fabricants d'appareils et producteurs se sont succédés sur différents panels afin de dresser un portrait de la situation sur divers marchés mondiaux.

Si l'engouement des panélistes pour les possibilités de la télévision mobile est partagé, les applications concrètes de diffusion de contenu et les modèles de revenus conséquents ne font pas nécessairement l'unanimité.

Orange, un chef de file dans le marché français, offre 53 chaînes en direct à ses abonnés, et plus de 3000 vidéos originales. Mais selon Emmanuel Vacher, son directeur, marketing et multimédia, à six ou huit euros par mois par utilisateur, l'offre de contenus vidéo n'est pas encore rentable. "Nous donnons davantage aux producteurs que nous recevons des consommateurs, a-t-il dit. Nous pensons qu'une fois qu'ils auront expérimenté le service, ils en deviendront des consommateurs actifs."

La position de Suzie Wang de MediaCorp Studios à Singapour est différente. L'expérience de "P.S. I Iuv u", une série dramatique de 30 x 3 minutes conçue exclusivement pour diffusion mobile, prouve que ce genre de production peut s'avérer profitable. Et dans la mesure où le contenu répond aux attentes des consommateurs, les profits de la production mobile peuvent être décuplés par une déclinaison du contenu dans des formats traditionnels. "Le partenariat avec Motorola, dont on a intégré les produits à l'intérieur même du scénario, ajouté aux ventes de la version longue pour DVD ont fait de "P.S. I Iuv u" une opération des plus profitables", a dit Suzie Wang.

Selon certains joueurs qui partageaient leurs expériences des derniers mois, le besoin à l'origine de la consommation de contenus sur téléphones mobiles est de tuer le temps alors que pour d'autres, c'est d'en gagner. Et ce paradoxe de vision s'applique bien au-delà de la compréhension que ces joueurs ont de leurs marchés. Qui est le mieux positionné pour établir la relation avec le consommateur, et le facturer? Les vraies réponses, à cette question comme à bien d'autres, viendront au cours des prochains mois, voire des prochaines années.

comments powered by Disqus