La référence des professionnels
des communications et du design

Retour sur l'agence du futur

Extraits de la journée
Vidéo d'introduction de Maurice Levy

La Journée-conférences Infopresse sur l'agence du futur de mercredi dernier a été marquée par la présence, exceptionnelle à Montréal, de Maurice Levy, président du Groupe Publicis, qui a exposé devant près de 400 personnes sa vision de l'agence du futur, tout comme François Duffar, président du Groupe Cossette Communication, et Jean-François Bouchard, président de Diesel Marketing. Bien que les trois conférenciers aient adopté des points de départ très différents, il était intéressant de voir comment leurs propos se recoupaient.

Ainsi, Jean-François Bouchard a souligné que les agences n'ont pas d'autre choix que de remettre en question leur modèle de base. "Nous nous décrivons de moins en moins comme une agence de publicité, a-t-il dit. Nous définissons plutôt Diesel comme une entreprise de créativité commerciale. On doit améliorer l'ensemble des interactions de nos clients avec les consommateurs. Cela peut nous amener à travailler auprès d'énormément d'aspects, y compris le design même des produits." Il a notamment insisté sur l'importance d'éviter, au sein de l'entreprise, le cloisonnement entre les spécialités.

François Duffar a lui aussi souligné que la véritable contribution d'une agence à la croissance de ses clients était l'inventivité. Il a notamment fait référence aux bouleversements que vivent les médias, et souligné l'immense pouvoir que détient désormais le consommateur, qui choisit d'ailleurs de plus en plus de fuir la pub. "Le citoyen-consommateur devient lui aussi un fournisseur de contenu, a-t-il ajouté. Par les blogues et les autres sites spécialisés, les consommateurs parlent aux consommateurs. Ils échangent de plus en plus d'information pertinente et raffinent leurs choix."

Selon François Duffar, l'agence du futur, sera engagée de plus en plus loin en amont de la communication, au coeur même des affaires de ses clients. Tout comme Jean-François Bouchard, il a insisté sur l'importance de changer et d'essayer de nouvelles formules. "Le pire des risques, c'est le statu quo", estiment-ils tous les deux.

Enfin, Maurice Levy a lui aussi esquissé, en toile de fond, tous les bouleversements qui affectent les consommateurs. "Le consommateur était un bout de chaîne, une cible, il devient une tête de pont, celui par qui tout commence", résume-t-il.

La rapidité et l'ampleur des changements dans la société est aussi sans précédent. "L'agence du futur aura affaire à des consommateurs pour qui l'infidélité sera peut-être devenue une norme. L'idée d'habitude est en train de sortir des modes de pensée et de vie de notre monde", dit Maurice Levy. Ce qui ne signe pas forcément l'arrêt de mort des grands marques, si elles savent bien s'adapter à l'inconstance des consommateurs. "L'habitude ne suffisant plus, il faudra lui substituer un autre principe: celui de repère. On ira vers les marques comme vers les derniers points fixes d'un monde qui aura perdu ses points d'ancrage", dit le grand patron de Publicis.

Maurice Levy a, lui aussi, abordé les bouleversements que vivent les médias traditionnels, et souligné le triomphe de l'immédiateté. Et il a abordé, bien évidemment, l'impact de la mondialisation. "Globaliser ne veut pas dire uniformiser. La mission de l'agence du futur sera de sauver les différences."

comments powered by Disqus