La référence des professionnels
des communications et du design

Des médias sous influence

Un sondage d'Ipsos Descarie indique que les Québécois sont très sceptiques quant à l'indépendance éditoriale de la presse écrite face à ses annonceurs.

Selon le sondage, plus de 60% des gens croient que les entreprises paient pour voir leur nom apparaître dans le contenu éditorial des quotidiens (par opposition aux publireportages). La situation est pire en magazine, où 73% des personnes interrogées pensent que les entreprises paient pour leur présence. Être francophone ou anglophone n'affecte pas ces résultats, mais la scolarité constitue un facteur déterminant dans cette perception. En effet, plus les gens sont scolarisés et moins ils partagent la croyance selon laquelle les médias sont influençables.

"Une partie de la perception des lecteurs tient peut-être au fait que certains cahiers ont l'habitude de couvrir les acteurs spécifiques d'une catégorie (produits alimentaires, intervenants touristiques, secteur artistique) ou aux entreprises couvertes dans les sections économiques des magazines et des quotidiens", indique François Descarie, vice-président d'Ipsos Descarie.

comments powered by Disqus