La référence des professionnels
des communications et du design

Déluge de journaux gratuits sur Paris

Déjà servis par Métro et 20 Minutes, les Parisiens pourraient voir apparaître rien de moins que trois autres journaux gratuits d'ici peu. Il faut dire que l'annonce récente des premiers bénéfices de la division française de l'éditeur suédois Metro International stimule l'intérêt.

À la fin de février, l'entrepreneur Vincent Bolloré annonçait la création d'ici cet été de Direct Soir, un quotidien du soir gratuit de 24 pages distribué à Paris et dans d'autres villes grandes et moyennes. La nouvelle publication aura un tirage de 300 000 à 400 000 exemplaires et un budget annuel de 10 millions d'euros (presque 14 millions $).

De son côté, Le Monde se disait prêt à se lancer dans l'aventure, quelques semaines à peine après une rumeur selon laquelle Le Figaro créerait ce printemps une publication du soir centrée sur la télévision et les loisirs. Le Monde a d'ailleurs publié un numéro 0 de ce qui deviendrait un gratuit haut de gamme du matin. La direction investirait 25 millions d'euros (34,5 millions $) sur quatre ans.

Toutefois, des observateurs doutent des chances de succès des nouveaux joueurs, prétextant notamment que Métro et 20 Minutes sont bien implantés depuis leur arrivée dans l'Hexagone il y a quatre ans et qu'il est désormais trop tard pour les ébranler. Il n'en reste pas moins que ces publications sont fragiles, 20 Minutes perdant toujours de l'argent, alors que Metro a dégagé un maigre bénéfice de 178 000 euros (245 000 $) après un investissement initial de plusieurs dizaines de millions d'euros.

Du côté des annonceurs, les journaux gratuits français ont le vent dans les voiles, car leurs ventes ont grimpé de 8,5% dans la dernière année. À titre comparatif, les ventes publicitaires des quotidiens nationaux ont chuté de 4,1% pour la même période.

Afin de maximiser les chances de succès, certains avancent la possibilité d'alliances stratégiques. Le Figaro, Le Monde et l'éditeur Hachette font déjà équipe pour la publication de titres gratuits comme Marseille plus, Montpellier plus et Lyon plus. La naissance d'un journal à Paris faciliterait les approches auprès des annonceurs nationaux. Toutefois, les tentatives de rapprochement ont échoué, principalement parce que le projet du Figaro viendrait carrément concurrencer Le Monde, qui paraît en après-midi.

comments powered by Disqus