La référence des professionnels
des communications et du design

Un salon international de l'agriculture sous influence

Le salon international de l'agriculture qui vient de fermer les portes s'est déroulé cette année dans un contexte media difficile, avec le diagnostic des premiers cas français de grippe aviaire.

Ainsi le bilan médiatique 2006 est mitigé : le niveau UBM* de la couverture media remonte un peu après le creux de 2005, mais les questions de santé et de sécurité alimentaire ont parasité l'ouverture du Salon, habituel grand pic médiatique.

En repassant la barre des 1000 UBM, le Salon de l'Agriculture, rendez-vous annuel des relations publiques du monde agricole, remonte son niveau global d'impact médiatique sur 2 semaines, mais reste loin du score UBM mesuré en 2003. C'est en télévision que l'amélioration 2006 est la plus forte (+28%).

Une amplification négative due à la grippe aviaire? Seulement dans une certaine mesure, et avec des évolutions plus positives en parallèle.

L'ouverture du Salon est indéniablement parasitée par l'épizootie. Le sujet du Salon de l'Agriculture a même du mal à se frayer un chemin dans le flot d'information de ce 25 février (jour d'ouverture), et la traditionnelle visite des politiques ne parvient pas à stimuler l'UBM: -19% d'impact médiatique par rapport à 2005, et un niveau plancher jamais atteint ces dernières années. L'analyse d'affinité UBM montre 40% de sujets communs avec la grippe aviaire!

Mais par la suite, pendant la semaine du Salon, le monde agricole a regagné les faveurs des médias. Les JT de la mi-journée en particulier retrouvent le goût du reportage rural (en net recul en 2005) et diffusent de nombreuses vignettes sur les éleveurs et les producteurs. Le monde agricole sauve ainsi son impact media en montrant sa modernité et son implication dans la qualité de nos assiettes. La mesure d'affinité retombe à 15% seulement de sujets communs avec la grippe aviaire.

François Nicolon est directeur marketing international du pôle information de TNS Media Intelligence



* Proche du GRP publicitaire, mais construit à partir des contenus d'information, l'UBM (Unité de Bruit Médiatique) est un indice composite : il intègre à la fois le volume d'information et le nombre de téléspectateurs / lecteurs / auditeurs susceptibles d'y avoir été exposés. Événement à la une, contexte médiatique général, grandes entreprises, personnalités et faits de société sont ainsi décryptés chaque jour en terme de "parts de voix médiatiques" par TNS Media Intelligence

comments powered by Disqus