La référence des professionnels
des communications et du design

La récente OPA de Mittal serait-elle le signe d'une nouvelle mondialisation en marche?

Le 27 janvier 2006, le groupe indien Mittal Steel lance une OPA sur Arcelor. Cette annonce a provoqué un séisme dans les sphères politiciennes et industrielles européennes, relançant le débat sur la mondialisation.

La presse française a suivi l'affaire tout au long du mois de février relatant les diverses prises de position d'hommes politiques, d'industriels et de syndicalistes ou encore d'employés. À en juger par l'analyse des titres économique, les différences culturelles entre Arcelor et Mittal Steel se révèlent ténues malgré les arguments de la France prônant le contraire. La politique sociale de Mittal séduirait même, selon certains, la CGT en Lorraine ! Un tel rachat pourrait donc se faire sans trop poser de problèmes.

Mais le gouvernement français ne le voit pas sous cet angle. Arcelor reste le fleuron européen de l'acier et la classe politique française et européenne entend bien protéger la société contre son agresseur. Montré du doigt, Lakshmi Mittal, P-dg de Mittal Steel, est soupçonné de mauvaises intentions. Que se passera-t-il sur la question des salaires ? Y aura-t-il réduction des effectifs ? Etc. Soucieux de gagner l'appui des investisseurs européens, le patron de Mittal Steel s'est expliqué et a entamé un tour en Europe. Mais à en juger par les commentaires de la presse et les diverses réactions, l'affaire n'est pas gagnée.

La presse a également relevé le malaise régnant en France. Le pouvoir politique s'est trouvé, semble-t-il, pris au dépourvu et a dénoncé la manière "brutale" avec laquelle l'OPA a été faite, sans respect des "règles établies". Elle a rappelé que lors de l'affaire Danone, le gouvernement avait émis le souhait de renforcer le dispositif de protection des entreprises par le biais d'une incitation fiscale pour les actionnaires. L'affaire a même perturbé le voyage du président Chirac qui a indiqué, en Inde, qu'Arcelor n'était pas une entreprise française mais luxembourgeoise?

Au-delà des questions qui se posent sur l'avenir d'Arcelor, la presse interpelle sur les enjeux posés par les OPA et la manière de les contrer "légalement" mais aussi sur l'avenir des entreprises françaises et européennes. Comment interdire de telles pratiques ? Peut-on envisager un paradis anti-OPA à la mode nippone ? Comment la Commission européenne réagira-t-elle à une telle proposition ? Quel rôle pour l'Etat français ? Autant de questions auxquelles il faudra apporter des réponses car cette OPA n'est pas, comme l'a souligné la presse, la première en son genre, ni la dernière. Certains journalistes ont rappelé que les récentes OPA avaient ravivé la question du patriotisme.

La guerre est déclarée et la bataille loin d'être terminée. L'OPA de Mittal serait-elle révélatrice d'une nouvelle mondialisation en marche, une mondialisation venue d'ailleurs ?

Sylvie Testard, directeur général d'Echo Research France
Analyse et commentaire réalisés par Echo Research, sur la base de 886 articles parus dans la presse quotidienne nationale en ligne.

http://www.echoResearch.com

 

comments powered by Disqus