La référence des professionnels
des communications et du design

Les Aéroports de Paris inventent les socio - styles aéroportuaires

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Non, l'homme en aéroport n'est pas un consommateur comme les autres, mais un véritable shopper acharné, libéré de toutes contraintes, qui assume son shopping, se «lâche» et dépense plus que les femmes: tel est le résultat principal de la première étude ethnographique réalisé sur le sujet par Aéroports de Paris, Added Value et le sociologue Stéphane Chevrier.

La gente masculine représente 63% de la clientèle passagers d'Aéroports de Paris, composée en grande majorité de profils socioprofessionnels élevés. «A la fois relais d'opinion, observateurs avertis et passagers exigeants, les hommes constituent une clientèle de référence. L'aéroport est un véritable laboratoire de tendances » souligne Pascal Bourgue, directeur marketing commerces et communication. Les marques y testent des concepts (l'Apollon Beauté Institut, un Men's Lounge, premier espace soins et bien-être pour hommes en aéroports vient d'ouvrir à Roissy), y lancent des produits en exclusivité (L de Lolita Lempicka, le prochain féminin Burberry?).

L'étude met en lumière des comportements qui prennent à contre-pied bien des idées préconçues. Ainsi, plus de la moitié des hommes entre au moins dans une boutique au cours de leur flânerie, et un tiers réalisent ensuite au moins un achat. Et si les femmes sont des « shoppeuses » naturelles, les hommes se découvrent une véritable vocation. Les écarts entre paniers moyens sont édifiants : 36 euros pour les achats féminins contre 43 pour les hommes, avec des pointes à 57 euros pour les plus assidus.

Quatre profils d'hommes sont dressés :
- les « ultra - pragmatiques » : ce sont les passagers les plus mobiles. Guidés par une démarche d'efficacité et d'anticipation, ils doivent accéder rapidement aux services et produits dont ils ont besoin et/ou dont ils ont planifié l'achat.
- les « généreux » : voyageurs fréquents, ils profitent de leur passage en aéroport pour associer voyage et plaisir. Ils achètent pour eux, pour offrir et privilégient les valeurs « sûres » du duty free (alcools, tabacs, parfums, mode?) tout en appréciant la diversité (marques, conditionnements exclusifs?)
- les « opportunistes » : ces voyageurs occasionnels sont relativement jeunes (moins de 35 ans). Ils aiment le shopping mais le centre ville reste leur référence dans ce domaine. Le contact avec l'offre aéroportuaire revêt pour eux un caractère exceptionnel et ils n'hésitent pas à acheter en quantité pour cumuler les bonnes affaires
- les « shoppers libérés » : passagers internationaux généralement originaires de régions où l'offre commerciale est limitée, ils adhèrent pleinement à la dimension mythique du shopping aéroportuaire : grandes marques françaises et internationales, dernières nouveautés mode et électronique, concepts stores à la pointe des tendances?

Ah, ce que homme veut...


Pour voir l'étude en intégralité cliquez ici

comments powered by Disqus