La référence des professionnels
des communications et du design

Le concours Grafika fait jaser

Le logo des vêtements Lolë réalisé par le studio Feu Sacré a remporté un Grand Prix au concours Grafika 2006.

Le Grand Prix Grafika attribué au logo de la marque de vêtements Lolë, conçu par Feu Sacré, ne fait pas l'unanimité dans le milieu du design à en croire les débats qui font rage sur Internet. En effet, depuis la publication sur Oeil pour oeil d'un texte du designer Marc Serre critiquant le choix du jury, les commentaires fusent de partout.

Récemment, un certain Monsieur C a même invité les designers québécois à présenter leurs logos à un nouveau concours soumis à un vote démocratique de l'industrie. "N'est-il pas important que les pièces primées au Québec soient représentatives du jugement de l'ensemble de l'industrie puisqu'il s'agit de notre vitrine internationale?, a-t-il écrit. Je ne suis pas sûr - voire même certain - que le logo gagnant démontre le talent de l'industrie québécoise à sa juste valeur."

Les commentaires publiés remettent également en cause l'objectivité du concours. "Est-ce normal que la présidente du jury gagne un Grand Prix? Est-ce normal que les Éditions Infopresse gagnent deux Grands Prix?, a écrit le designer Pierre Tremblay. À mon sens, un concours crédible ne peut pas laisser ses organisateurs et/ou les membres de son jury participer à son propre concours."

Ce à quoi Simon Beaudry, de l'agence Bos, a répondu "Vraiment, vous pensez que les jurés se remettent des prix entre eux, ou favorisent des amis? Je pense qu'une partie du problème est que le processus de sélection du jury et le déroulement du jury sont méconnus et pas expliqués. Il est vrai que ça peut avoir l'air d'une gamique secrète où le sort du monde est décidé entre quelques individus... Mais la théorie du complot m'apparaît exagérée. Il faut se faire plus confiance que ça!"

Membre du jury du concours, le designer Thomas Csano a rétorqué cette semaine aux critiques de Monsieur C. "Ce n'est pas totalement un jugement démocratique reflétant l'opinion de l'industrie québécoise, mais presque. C'est un concours comme les autres: il y a un jury. Un jury est composé de professionnels, mais aussi d'êtres humains avec leurs opinions. Un juré juge selon des critères, mais juge quand même. (...) Les gagnants ne sont pas représentatifs de l'industrie, car certains bons designers ne participent pas, et ceux qui participent n'envoient pas nécessairement toute leur production. Il y avait donc sûrement d'autres bonnes pièces. (...) Les Éditions Infopresse ont non seulement créé ce qu'il manquait (un vrai concours), elles contribuent aussi à l'essor de notre domaine: le nombre de participants, les nouvelles agences et la qualité du design ont considérablement augmenté. Le marché du design québécois est autant en effervescence qu'il est minuscule. Cela justifie le prix d'entrée à la soirée, les besoins de commanditaires, les deux jours sans solde des jurés, etc. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles tout le monde devrait s'impliquer."

Pour lire tout ce qui s'est écrit et participer au débat, rendez-vous sur Oeil pour oeil, le blogue de la Société des designers graphiques du Québec.

Pour voter au concours organisé par Monsieur C, cliquez ici.

comments powered by Disqus